Le Napoli sous tension

le
0
Le Napoli sous tension
Le Napoli sous tension

Après une bonne période en avril, le Napoli est retombé dans ses travers et s'est englué dans les polémiques. L'atmosphère est ainsi tendue pour les Azzurri avant de disputer la demi-finale retour de Ligue Europa, ce jeudi soir, contre le Dnipro Dnipropetrovsk. Pas forcément un mauvais signe pour le Napoli qui se nourrit souvent de ces situations.

Dans le film Hypertension, l'acteur principal Jason Statham doit constamment stimuler son taux d'adrénaline pour rester en vie. On doute qu'Aurelio De Laurentiis, producteur de cinéma de profession, ait apprécié toute la subtilité du nanar en question, mais son Napoli suit bien la même ligne de conduite. Le calme ne règne ainsi jamais fort longtemps dans la baie napolitaine. Sans doute logique quand on a comme voisin un volcan à peine endormi, dont la majorité des supporters adverses prient le réveil à chaque rencontre. La bonne série réalisée en avril par les hommes de Benítez avait pourtant fait croire à une fin de saison apaisée. Mais non, le naturel, chassé, du Napoli est revenu au galop. Pourquoi faire simple, quand on peut faire compliqué, n'est-ce pas ? Concrètement, les Azzurri ont laissé filer cinq points en championnat (contre l'Empoli et Parme) qui leur permettraient aujourd'hui de pointer sereinement à la deuxième place. Surtout ils n'ont su faire mieux qu'un match nul, plus que frustrant (1-1), face au Dnipro Dnipropetrovsk, en demi-finale aller de Ligue Europa. Sans oublier quelques jolies polémiques en route. Le Napoli n'aime pas la routine, et tant pis si cela lui coûte quelques conquêtes.

Je polémique, tu polémiques, nous polémiquons


Tel un petit garçon turbulent à qui on soufflerait une bêtise, le Napoli a, lui, été agité en premier lieu par une erreur d'arbitrage assez grotesque. L'égalisation du Dnipro, jeudi dernier, étant effectivement entachée d'une position de hors-jeu flagrante de deux joueurs. Ajoutez-y une nette domination mal récompensée - la faute à un gardien adverse en feu – et la goupille saute. Aurelio De Laurentiis se pointe ainsi en colère en conférence de presse et ne mâche pas ses mots envers l'UEFA et son président Michel Platini. Extraits choisis : "Cette compétition ne vaut rien. On la dispute seulement pour arriver en Champions League. [ ] Le monarque Platini est incapable d'organiser correctement cette compétition. Depuis l'obscurité de sa petite chambre de Nyon, il devrait penser qu'il a fait son temps et s'en aller." Le président napolitain tient ainsi le président de l'UEFA pour coupable d'une erreur du trio arbitral norvégien. Aversion du "juventino" Platini ? Peut-être. Communication maîtrisée pour mettre la pression en vu du match retour ? Très certainement. Même Maradona réagit le lendemain dans la…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant