Le Napoli fait tomber Artemio Franchi.

le
0

Le Napoli s'impose 1-0 chez la Fiorentina grâce à un but d'Higuain, devenant ainsi seul troisième du championnat et confirmant son retour sur le devant de la scène.
Fiorentina/Naples : 0-1
Buteur : Higuain (61e)

Un but de renard de Gonzalo Higuain dans un stade encore inviolé cette saison en Serie A et voilà le Napoli seul 3ème et certain de passer les deux prochaines semaines à cette place. Et patience si l'objectif initial était le Scudetto, car si la bonne série continue, les Azzurri pourraient vite revenir dans la course au titre. En attendant, ils remportent cette rencontre proche d'un Hispanico, avec pas moins de cinq Espagnols sur le terrain (Alonso, Borja Valero, Albiol, Lopez, Callejon) un sur le banc (Benitez), un en tribunes (Macia, DS de la Viola) et trois autres joueurs ayant évolué en Liga (Babacar, Fernandez et Higuain). Sans oublier le père andalou de Gomez et Ghoulam qui avait pris LV2 espagnol en 4ème. Le score de 1-0 ne doit pas induire en erreur, on a eu comme prévu un match plaisant entre deux des équipes les plus joueuses de la Serie A.
Cuadrado outai ?
Le Napoli est en pleine bourre et ça se voit dans le jeu. Les Azzurri obtiennent les occasions les plus franches avec pas moins de 12 tirs lors de la seule première période mais seulement 3 cadrés. La plus belle action termine d'ailleurs hors du cadre. Inspiré par son compatriote Tevez dans l'après-midi, Higuain se paye toute la défense toscane, avec double contact en prime, mais son petit exter' finit à côté. Juste avant la mi-temps, les filets ont même tremblé sur une reprise acrobatique de ce même Pipita mais le but est justement annulé pour hors-jeu. La Fiorentina, elle, bafouille son football et confirme son "involution" : Aquilani n'est pas Pizarro - encore moins Pirlo - et peine à organiser le jeu dans ce poste de playmaker. C'est Babacar, du haut de ses 21 ans, qui porte l'équipe sur ses épaules en variant beaucoup sur le front offensif et décrochant une frappe monstre des 35 mètres qui vient heurter le haut de la transversale de Rafael. Cuadrado, le seul rescapé du trio magique qu'il aurait dû former avec Gomez et Rossi, est impalpable comme on dit de l'autre côté des Alpes. Aligné à gauche, il bute constamment sur Maggio son adversaire direct. On se demande si le transfert manqué au Barça n'a pas laissé plus de traces que prévu, malgré la belle augmentation de salaire.
Higuain définitivement de retour
Voyant son équipe en difficultés, Montella opte pour un petit remaniement...






Fiorentina/Naples : 0-1
Buteur : Higuain (61e)

Un but de renard de Gonzalo Higuain dans un stade encore inviolé cette saison en Serie A et voilà le Napoli seul 3ème et certain de passer les deux prochaines semaines à cette place. Et patience si l'objectif initial était le Scudetto, car si la bonne série continue, les Azzurri pourraient vite revenir dans la course au titre. En attendant, ils remportent cette rencontre proche d'un Hispanico, avec pas moins de cinq Espagnols sur le terrain (Alonso, Borja Valero, Albiol, Lopez, Callejon) un sur le banc (Benitez), un en tribunes (Macia, DS de la Viola) et trois autres joueurs ayant évolué en Liga (Babacar, Fernandez et Higuain). Sans oublier le père andalou de Gomez et Ghoulam qui avait pris LV2 espagnol en 4ème. Le score de 1-0 ne doit pas induire en erreur, on a eu comme prévu un match plaisant entre deux des équipes les plus joueuses de la Serie A.
Cuadrado outai ?
Le Napoli est en pleine bourre et ça se voit dans le jeu. Les Azzurri obtiennent les occasions les plus franches avec pas moins de 12 tirs lors de la seule première période mais seulement 3 cadrés. La plus belle action termine d'ailleurs hors du cadre. Inspiré par son compatriote Tevez dans l'après-midi, Higuain se paye toute la défense toscane, avec double contact en prime, mais son petit exter' finit à côté. Juste avant la mi-temps, les filets ont même tremblé sur une reprise acrobatique de ce même Pipita mais le but est justement annulé pour hors-jeu. La Fiorentina, elle, bafouille son football et confirme son "involution" : Aquilani n'est pas Pizarro - encore moins Pirlo - et peine à organiser le jeu dans ce poste de playmaker. C'est Babacar, du haut de ses 21 ans, qui porte l'équipe sur ses épaules en variant beaucoup sur le front offensif et décrochant une frappe monstre des 35 mètres qui vient heurter le haut de la transversale de Rafael. Cuadrado, le seul rescapé du trio magique qu'il aurait dû former avec Gomez et Rossi, est impalpable comme on dit de l'autre côté des Alpes. Aligné à gauche, il bute constamment sur Maggio son adversaire direct. On se demande si le transfert manqué au Barça n'a pas laissé plus de traces que prévu, malgré la belle augmentation de salaire.
Higuain définitivement de retour
Voyant son équipe en difficultés, Montella opte pour un petit remaniement...






...

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant