Le Napoli assomme la Roma

le
0
Le Napoli assomme la Roma
Le Napoli assomme la Roma

Battus dans le jeu et dans l'engagement, les joueurs de Rudi Garcia s'inclinent 2-0 sur la pelouse du Napoli. Moment difficile pour la Roma, qui concède là sa troisième défaite sur ses six derniers matchs officiels.Décidément, Rudi Garcia n'aime pas venir à Naples. Depuis son arrivée à Rome, le technicien français est venu trois fois au stade San Paolo, deux fois en championnat, une fois en Coupe d'Italie. Bilan ? Trois défaites, six buts encaissés, aucun marqué. Un vrai cauchemar. Et toujours les mêmes dénominateurs communs : Gonzalo Higuaín, déjà buteur l'an passé lors du 3-0 de Coupe, et José Callejón, buteur lors des deux précédentes confrontations. Un vrai tabou, mais surtout, un vrai coup de massue pour la Roma, qui semble accuser le coup depuis quelques semaines. Déjà battue par la Juve (3-2) et par le Bayern Munich (1-7), la Louve chute à nouveau contre un gros. Une défaite qui intervient trois jours avant de se déplacer en Bavière, pour y affronter à nouveau l'armada "guardiolesque". Une défaite, surtout, qui va permettre à la Juve, battue dimanche sur la pelouse du Genoa, de reprendre trois points d'avance en tête du classement, si elle s'impose en fin d'après-midi à Empoli. En résumé : une défaite qui tombe mal. Tout l'inverse du Napoli qui, après un début de saison mi-figue mi-raisin, avait grandement besoin d'une victoire référence pour se lancer. La voilà peut-être, enfin.
Deux barres et un but
Il ne faut pas bien longtemps avant de comprendre que le Napoli est entré dans son match. On joue depuis deux minutes, seulement, et les Napolitains ouvrent déjà le score. Libéré depuis son triplé face au Hellas Vérone, Gonzalo Higuaín inscrit son cinquième but en trois matchs, et débloque immédiatement un match pris par le bon bout. La Roma est acculée d'entrée, et Naples tente d'en profiter. L'horloge n'affiche pas encore dix minutes que les Partenopei pourraient déjà mener 3-0. Il faut une superbe parade de De Sanctis sur une frappe d'Insigne, et un coup de pouce de la barre transversale sur un tir de Callejón pour que les Romains restent dans leur match. L'orage passé, on attend une réaction romaine... qui n'arrive pas. Les Giallorossi sont bousculés par l'engagement (parfois excessif) des joueurs de Benítez, d'autant que M. Tagliavento a visiblement décidé de beaucoup laisser jouer. En fin de première période, les locaux ont à nouveau l'occasion de doubler la mise, mais Hamšík, seul face à un but presque vide, réussit à trouver la barre plutôt que la lucarne. La première mi-temps romaine est résumée par un coup franc de Francesco Totti. Alors qu'il tente une combinaison,...

Décidément, Rudi Garcia n'aime pas venir à Naples. Depuis son arrivée à Rome, le technicien français est venu trois fois au stade San Paolo, deux fois en championnat, une fois en Coupe d'Italie. Bilan ? Trois défaites, six buts encaissés, aucun marqué. Un vrai cauchemar. Et toujours les mêmes dénominateurs communs : Gonzalo Higuaín, déjà buteur l'an passé lors du 3-0 de Coupe, et José Callejón, buteur lors des deux précédentes confrontations. Un vrai tabou, mais surtout, un vrai coup de massue pour la Roma, qui semble accuser le coup depuis quelques semaines. Déjà battue par la Juve (3-2) et par le Bayern Munich (1-7), la Louve chute à nouveau contre un gros. Une défaite qui intervient trois jours avant de se déplacer en Bavière, pour y affronter à nouveau l'armada "guardiolesque". Une défaite, surtout, qui va permettre à la Juve, battue dimanche sur la pelouse du Genoa, de reprendre trois points d'avance en tête du classement, si elle s'impose en fin d'après-midi à Empoli. En résumé : une défaite qui tombe mal. Tout l'inverse du Napoli qui, après un début de saison mi-figue mi-raisin, avait grandement besoin d'une victoire référence pour se lancer. La voilà peut-être, enfin.
Deux barres et un but
Il ne faut pas bien longtemps avant de comprendre que le Napoli est entré dans son match. On joue depuis deux minutes, seulement, et les Napolitains ouvrent déjà le score. Libéré depuis son triplé face au Hellas Vérone, Gonzalo Higuaín inscrit son cinquième but en trois matchs, et débloque immédiatement un match pris par le bon bout. La Roma est acculée d'entrée, et Naples tente d'en profiter. L'horloge n'affiche pas encore dix minutes que les Partenopei pourraient déjà mener 3-0. Il faut une superbe parade de De Sanctis sur une frappe d'Insigne, et un coup de pouce de la barre transversale sur un tir de Callejón pour que les Romains restent dans leur match. L'orage passé, on attend une réaction romaine... qui n'arrive pas. Les Giallorossi sont bousculés par l'engagement (parfois excessif) des joueurs de Benítez, d'autant que M. Tagliavento a visiblement décidé de beaucoup laisser jouer. En fin de première période, les locaux ont à nouveau l'occasion de doubler la mise, mais Hamšík, seul face à un but presque vide, réussit à trouver la barre plutôt que la lucarne. La première mi-temps romaine est résumée par un coup franc de Francesco Totti. Alors qu'il tente une combinaison,...

...

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant