Le mystère de la voiture GPL

le
0
Pourquoi ce carburant économique, peu polluant et bien distribué ne fait plus recette ? L'explication se trouve une fois de plus du côté du diesel.

«Il n'y a pas un mot sur le GPL dans le nouveau dispositif bonus-malus s'appliquant à l'automobile», se lamente Joël Pedessac, le directeur général du Comité français du butane et du propane (CFBP), l'organisme dont dépend ce carburant. Il n'est en effet pas question une seule fois du GPL dans le décret du 30 juillet dernier, les pouvoirs publics ayant surtout décidé d'avantager fiscalement les hybrides «combinant l'énergie électrique et une motorisation à l'essence ou au gazole»: l'aide passe alors de 2000 à 4000 ¤ (véhicules émettant moins de 110 g de CO2 par kilomètre). Coïncidence, Citroën et Peugeot proposent depuis peu une DS5, une 508 hybride diesel/électrique entrant dans cette catégorie.

Les déboires du GPL ont commencé fin 2010 quand l'État a supprimé l'aide à l'équipement de 2000 ¤ en sa faveur. Les ventes de véhicules GPL sont alors passées de 75.000, dont une bonne partie de Dacia Sandero, à moins de 12.000 immatriculations

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant