Le musée caché de Maradona

le
0
Le musée caché de Maradona
Le musée caché de Maradona

Loin des rues du centre-ville de Naples, où la passion pour Diego Maradona palpite toujours sous forme d'autels et de peintures murales, se cache un endroit ignoré par la majorité des locaux. C'est le musée créé par Massimo Vignati, fils de l'ancien gardien des vestiaires du San Paolo et de la mère "napolitaine" de l'idole. Incursion dans un petit monde magique, hors du temps. Un trésor inestimable.

Les motos filent à toute vitesse dans le quartier de Secondigliano, zone est de Naples, pas loin de l'aéroport. Ce quartier est surtout connu pour être l'antichambre de Scampia, l'un des quartiers plus compliqués de la ville, où la seule règle est qu'il n'y en a pas. Cependant, quelque part sur la via Lombardia, il existe un petit local aménagé dans le sous-sol d'un immeuble qui ne paye pas de mine. C'est le Club Napoli Saverio Vignati, du nom de l'ancien gardien des vestiaires du stadio San Paolo pendant trente ans. L'homme qui gère aujourd'hui cet espace se nomme Massimo Vignati, fils de Saverio, qui a fondé ce "club" pour perpétuer la mémoire de son père, mais aussi pour donner de l'espoir aux jeunes malades de l'hôpital Pausylipon, situé de l'autre côté de la ville. "Avec l'association Una goccia d'azzurro (une goutte de bleu), on veut soutenir les enfants malades qui sont hospitalisés là-bas", prévient-il d'entrée. À la base du projet, un trésor sentimental inestimable, mais sans grande valeur économique : le seul musée consacré à Diego Armando Maradona. Un capharnaüm composé d'objets lui ayant appartenu. Là, comme ça, entreposés au sous-sol d'un modeste immeuble de la périphérie napolitaine…

De son banc aux chaussures d'Italia 90


En pénétrant dans ce sous-sol, l'émotion est palpable. Entre ce bleu ciel qui domine la tonalité générale et ces maillots célèbres qui tapissent les murs, on peut apercevoir quelque chose d'inimaginable aujourd'hui dans un vestiaire : un banc en bois, celui où seul Maradona avait le droit de s'asseoir. Au-dessus donc, plusieurs maillots du Napoli de l'époque dorée, et deux paires de chaussures Puma. La première est celle de la victoire de l'Argentine face à la Belgique au Mondial 86, quand Maradona avait encore une fois fait le show avec deux superbes buts. La seconde renvoie à la Coupe du monde Italia 90, quand le dieu du football napolitain avait réussi à battre l'Italie au San Paolo, le stade de Naples, sa maison. Au bout de quelques minutes d'immersion, les yeux ne savent plus où se poser tant les objets ayant appartenu au Pibe sont nombreux.…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant