« Le ?mur des cons? s'attaquait aux idées, pas aux personnes »

le
60
« Le ?mur des cons? s'attaquait aux idées, pas aux personnes »
« Le ?mur des cons? s'attaquait aux idées, pas aux personnes »

L'objet du scandale a disparu. « Nous l'avons détruit », corrige Françoise Martres. Discrète depuis le début de la tempête déclenchée par le « mur des cons », la présidente du Syndicat de la magistrature (SM, classé à gauche) a décidé de « mettre les choses au clair ». Une vidéo amateur montrant le panneau d'affichage du local syndical, sur lequel des dizaines de personnalités ? essentiellement de droite ? étaient épinglées avec des commentaires peu aimables, a déclenché un tollé. D'abord réservée, la ministre de la Justice, Christiane Taubira, a décidé de saisir le Conseil supérieur de la magistrature pour avis. Dans cet entretien exclusif, la présidente du SM et le secrétaire général, Eric Bocciarelli, dénoncent une initiative « catastrophique » de la garde des Sceaux et appellent l'ensemble de la classe politique « à reprendre raison ».

Connaissez-vous l'origine de cette vidéo?

FRANÇOISE MARTRES. Nous avons retrouvé la date à laquelle elle a été prise. Ce jour-là, nous recevions de nombreux journalistes sur rendez-vous qui voulaient notre réaction sur l'affaire Bettencourt. Devant l'affluence, nous avons fait patienter certains d'entre eux dans une pièce à laquelle ils n'ont d'habitude pas accès, où se trouvait ce fameux mur. Manifestement, l'un d'eux a profité de l'attente pour filmer le panneau avec son smartphone.

Depuis combien de temps existait ce mur?

ÉRIC BOCCIARELLI. Il était là depuis des années, mais il a été, pour beaucoup, alimenté sous l'ère Sarkozy. Sous sa présidence, nous avons été stigmatisés, injuriés publiquement, des décisions de justice ont été remises en cause, des magistrats mutés ou convoqués en pleine nuit? Nous étions sous pression, et ce mur était un exutoire satirique confiné dans un espace privé. Cette droite que nous combattons a vu dans ces images volées le prétexte qu'elle attendait pour nous faire...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • DonCorly le dimanche 28 avr 2013 à 14:03

    "Cette droite que nous combattons" Monsieur Bocciarelli, je pensais que vous étiez magistrat, je ne savais pas que vous étiez un homme politique, militant d'extrême gauche.Les masques tombent, et le vrai visage de la Justice est affreusement laid !

  • maxos1 le dimanche 28 avr 2013 à 13:03

    ce mur démontre le mépris d'une certaine "soit disant" élite intellectuelle pour la moitié des français qui ne pensent pas comme eux. Heureusement qu'il reste quelques journaliste plein de courage (et il en faut), pour aller défier ce qui est bel et bien une misérable dictature de la pensée.

  • psdi le dimanche 28 avr 2013 à 12:33

    Moi, je l'avais pris pour une Moranade simplement. De quoi rigoler un peu. Mais c'est marrant, ça n'a pas du trop plaire à une petite catégorie de personnes.

  • M3493130 le dimanche 28 avr 2013 à 12:21

    Lafontaine avait déjà jugé la justice! Quelle honte et quelle bêtise anime ces gens qui vu leurs privilèges se croient au dessus des autres. Grave faute professionnelle qui ne sera pas assez sanctionnée. Uoi, il faut porter plainte et vois si la "justice" sera objective...

  • chatnour le dimanche 28 avr 2013 à 11:50

    On a franchi le "mur des cons" ! : https://twitter.com/JMA081/status/328435360570945536/photo/1

  • M3442903 le dimanche 28 avr 2013 à 11:18

    Leurs explications prouvent bien que leur intelligence est au niveau zéro, je souhaite que tous ceux qui étaient épinglés sur ce mur porteront plainte, cela va peut-être faire un bon nettoyage de vermines

  • 11246605 le dimanche 28 avr 2013 à 10:22

    Con, est une insulte. Et pour eux c'est un exutoire satirique que d'insulter les autres ? Eux qui sont sensés garantir le respect, l'impartialité pour tous et l'ordre public. Si leurs photos étaient sur ce mur, ils auraient hurlé au scandale, à l'atteinte aux magistrats !

  • chnivet le dimanche 28 avr 2013 à 09:00

    Un menteur et une menteuse ! C'est un exemple d'une justice partisane et encartée . Le journaliste qui a pris la photo , il peut s'attendre à des représailles lui et sa famille . En toute justice et impartialité bien entendu .

  • finkbro1 le dimanche 28 avr 2013 à 01:01

    aucun ne fera son méa culpa, c est dire le sectarisme dans lequel ils sont enfermésun juge se doit d être équitable, eux ne le sont pas, et n ont rien à faire dans ce métier.

  • M2309052 le dimanche 28 avr 2013 à 00:27

    Quel crédit ont ces gens vis à vis de justiciables?