Le mouvement "Nuit debout" se poursuivra lundi à Paris

le , mis à jour à 11:46
0
    Paris, 11 avril (Reuters) - Les manifestants de "Nuit 
debout" ont été évacués dans le calme lundi matin de la place de 
la République par les forces de l'ordre mais le mouvement 
devrait reprendre dans la soirée, comme dans de nombreuses 
autres villes de France.  
    L'autorisation d'occuper la place parisienne courait 
jusqu'au 11 avril mais une nouvelle demande d'occupation a été 
déposée par le collectif pour lundi soir, "le 42 mars", où des 
opposants à l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes sont attendus.  
    Contactée par Reuters, la préfecture de police de Paris a 
rappelé que, dans la loi française, "le principe de la liberté 
de manifester prévaut", laissant entendre que cette 
manifestation serait autorisée en l'absence d'interdiction.  
    Des voix commençaient à se faire entendre à droite comme à 
gauche pour demander l'interdiction de l'occupation de la place 
de la République après les débordements de la nuit de samedi à 
dimanche, qui ont notamment visé le domicile du Premier ministre 
Manuel Valls.   
    "Nuit debout", né au soir du 31 mars, contre en premier lieu 
la réforme du droit du travail, s'est généralisé en un mouvement 
national citoyen contre la politique du gouvernement.  
    "Il faut le tolérer mais il faut l'encadrer", a déclaré sur 
France Info le Premier secrétaire du Parti socialiste, 
Jean-Christophe Cambadélis. "Il y  aura  des 'CRS debout' qui 
seront là pour faire en sorte que les violences ne viennent pas 
perturber ceux qui veulent discuter."  
    La ministre du Travail, Myriam El Khomri, qui a reçu lundi 
avec le Premier ministre Manuel Valls les organisations de 
jeunesse pour désamorcer l'opposition des jeunes à la réforme du 
Code du Travail, a dit être attentive au mouvement. 
    "Cette mobilisation dépasse largement le cadre de la loi, 
c'est un contexte, il y a cette nouvelle approche démocratique, 
il faut y être attentif", a-t-elle dit sur Europe 1. "La liberté 
de manifester c'est pas la liberté de casser ou d'agresser et il 
faut bien distinguer." 
 
 (Laetitia Volga, avec Julie Carriat, édité par Yves Clarisse) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant