Le Moulin Rouge

le
0
Le Moulin Rouge
Le Moulin Rouge

Voilà le nouveau doudou des droits TV. Il s'appelle SFR, il est tout puissant et s'annonce comme une puissance sans réelle limite. Cinq mois après la bataille perdue par Canal + face à Altice, l'opérateur de télécommunications français a présenté cette semaine sa stratégie pour propager la Premier League aux yeux de la France du foot. Plongée dans une nouvelle ère.

La déflagration a maintenant cinq mois. En novembre dernier, les locaux de la place du Spectacle d'Issy-les-Moulineaux se fracassaient à l'heure du café. Canal + venait alors de perdre les droits de diffusion de la Premier League au profit du gourmand Patrick Drahi, cannibale fondateur du géant des télécoms Altice. La chaîne cryptée prenait alors de plein fouet la réalité du "football circus" cher à J+1 dans la carotide. Cette fois, définitivement, "le meilleur du foot" n'est plus sur Canal, entraînant avec ce constat une génération toute entière nourrie au foot anglais version crypté. Giflée aussi la volonté affirmée de Vincent Bolloré de récupérer un maximum de droits sportifs. Il faut se rendre compte d'une chose : à la rentrée prochaine, Canal + n'aura qu'un bout de C1 et les restes de la Ligue 1 pour survivre. C'est peu là où hier chacun terminait sa pizza devant L'Équipe du dimanche. La question d'un maxi-abonnement à quarante euros par mois sans voir un ballon tourner est donc d'actualité. Venait alors le temps des questions : la Premier League allait-elle se retrouver sur Ma Chaîne Sport ? Comment la réorganisation allait-elle s'articuler ? En gros, comment tonton Drahi allait tous nous recevoir. Voilà la saison des réponses.

Le modèle BT


Derrière ses fines lunettes, Michel Combes, le boss de SFR, peut avoir la banane. Il l'affirme : "C'est le début d'une nouvelle ère, mais aussi une réponse d'avenir." On parle bien de la génération où les télécoms ont pris la place des néo-puissants. Combes, lui, parle du "défi de la convergence globale ". Un morceau de secteur où SFR, opérateur dopé avec un réseau de 18 millions de clients-consommateurs, devient officiellement "le premier opérateur de contenus en France". Et notre foot dans tout ça ? "Le sport est ancré dans les valeurs du groupe Altice depuis plusieurs années avec MCS, lancée en 2007, qui a progressivement enrichi son portefeuille de droits ", appuie Michel Combes. Avec, désormais, en tête d'affiche, Cristiano Ronaldo et, donc, la Premier League, soit la meilleure vitrine possible. Plusieurs fois dans son discours, le président de SFR évoque "le modèle BT" dont il souhaite s'inspirer en argumentant pour "un modèle ouvert dans lequel nous proposons nos…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant