Le mot de passe traditionnel, bientôt un mauvais souvenir?

le
0
Le mot de passe traditionnel, bientôt un mauvais souvenir?
Le mot de passe traditionnel, bientôt un mauvais souvenir?

Le mot de passe le plus commun sur internet est "motdepasse". Ou bien "123456". Alors qu'il devrait être, par sécurité, "HQbgbiZVu9AWcqoSZm&ChwgtMYTrM7HE3ObVWGepMe?OsJf4iHMyNXMT1BrySA4d7". Pour les internautes, trouver un mot de passe est un casse-tête qui pourrait, progrès technologiques aidant, n'être bientôt qu'un mauvais souvenir.Des millions d'utilisateurs en ont fait l'amère expérience. Aucun mot de passe n'est sûr quand les pirates informatiques ont décidé d'entrer dans les systèmes des banques, magasins ou autres réseaux sociaux qui n'ont pas réussi à se protéger suffisamment.Dans un monde où la technologie progresse à toute vitesse, la formule nom d'utilisateur-mot de passe, qui date du Jurassique en informatique, reste pourtant la norme.Pourquoi? "La réponse est simple. Ce n'est pas cher", indique à l'AFP Per Thorsheim, un expert norvégien de la sécurité informatique qui organise PasswordsCon, le seul congrès dédié aux mots de passe qui aura lieu en juillet à Las Vegas."Si vous voulez quelque chose d'autre, un système d'authentification utilisant un logiciel ou le biométrique, vous devez payer plus", ajoute-t-il.Au temps où les ordinateurs faisaient la taille d'une pièce entière, les choses étaient simples, parce qu'ils ne se connectaient pas les uns aux autres.Puis l'internet est arrivé, avec sa toile mettant en réseau ordinateurs, smartphones et autres tablettes.LassitudeLe casse-tête a alors commencé pour l'utilisateur: trouver un mot de passe particulier pour des dizaines d'utilisations différentes sur des outils différents. Le mot de passe a même depuis son syndrome : le syndrome de la "lassitude du mot de passe"."Les gens n'ont jamais pris les mots de passe au sérieux, et du coup on a eu de gros problèmes" de confidentialité, indique Marian Merritt, conseiller sécurité pour les logiciels Norton."Avec un accès internet sur les ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant