Le moral des investisseurs allemands chute en mai

le , mis à jour à 15:22
0

(Actualisé avec commentaires d'économistes, précisions) BERLIN, 19 mai (Reuters) - Le moral des investisseurs et analystes allemands a subi en mai une dégradation nettement plus marquée que prévu, la volatilité régnant sur les marchés augmentant l'incertitude tenant aux perspectives de la première économie européenne. L'indice calculé par l'institut ZEW, basé à Mannheim, a chuté à 41,9 contre 53,3 en avril, alors que le consensus Reuters s'établissait à 49,0 et que la prévision la moins optimiste était de 44,2. L'altération du sentiment des investisseurs résulte notamment du ralentissement plus marqué que prévu de la croissance allemande au premier trimestre et de la volatilité observée sur les marchés financiers, selon l'institut ZEW, qui relève cependant que seule une faible minorité de participants à l'enquête anticipent une dégradation de l'économie allemande. La croissance allemande a ralenti au premier trimestre, le PIB progressant de 0,3% sur la période contre 0,7% lors du dernier trimestre 2014, notamment affectée par le commerce extérieur. ID:nL5N0Y41ME "Selon nous, la correction (de l'indice) ZEW d'aujourd'hui ne signale pas le début d'une inversion de la tendance et il n'y a aucune raison de s'inquiéter pour l'économie allemande", relève Carsten Brzeski, économiste chez ING. D'après lui, trois risques majeurs pèsent sur les perspectives de l'Allemagne: la crise grecque, une prolongation de l'accès de faiblesse de l'économie américaine, qui pourrait affecter les exportations, ainsi qu'une intensification des conflits sociaux dans le pays. La consommation des ménages a pris le relais des exportations comme moteur de la croissance en Allemagne, le commerce extérieur ayant pâti des difficultés économiques des autres pays européens et des crises internationales qui grèvent la demande externe. Le gouvernement allemand, qui table sur une demande intérieure solide, a relevé le mois dernier ses prévisions de croissance pour 2015 et 2016. Berlin table désormais sur un PIB en hausse de 1,8% sur chacune de ces années, après une croissance de 1,6% en 2014. ID:nL5N0XJ249 Le sous-indice des conditions actuelles de l'indice ZEW a également enregistré un recul plus marqué qu'attendu, à 65,7 contre 70,2 en avril (consensus: 68,0). Cela pourrait être lié au fait que "les investisseurs estiment que la croissance allemande a atteint son rythme de croisière et qu'il ne faut pas attendre beaucoup mieux", selon Christian Schulz, économiste de la banque Berenberg. L'indice ZEW a été calculé à partir des résultats d'une enquête menée auprès de 225 analystes et investisseurs entre le 4 et le 18 mai. (Bureau de Francfort et Paul Carrel,; Myriam Rivet pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant