Le mont Blanc mis en conserve en Antarctique

le
0
Le mont Blanc mis en conserve en Antarctique
Le mont Blanc mis en conserve en Antarctique

Les glaciers fondent comme neige au soleil, victimes de nos pots d'échappement et du réchauffement climatique. Alors, pour en conserver une trace durant encore des millénaires, des scientifiques-baroudeurs ont trouvé la solution : enfouir ces glaçons au milieu de nulle part, dans l'Antarctique, à une température apocalyptique de - 55°C qui ne craint absolument pas une envolée du mercure de 2°C d'ici 2100.

 

Dès le mois prochain, autour du 8 août, six glaciologues français, épaulés par des collègues italiens et russes, vont extraire durant plusieurs jours des centaines de cylindres de glace dans les Alpes, aux pieds du mont Blanc. Une bonne partie de ces trésors seront enfouis, d'ici 2019-2020, dans l'immense désert blanc tout en bas de notre globe. « Une matière extrêmement précieuse pour les scientifiques est aujourd'hui en danger », s'alarme Jérôme Chappellaz, directeur de recherche au Laboratoire de glaciologie et de géophysique de l'environnement (LLGE) à Grenoble (Isère). Le recul des étendues à crevasses s'accélère partout sur la planète. Celles des Alpes, qui culminent à moins de 3 500 m, sont condamnées à toutes dispaître avant la fin de ce siècle. Or ces survivants demeurent la mémoire du temps. En se formant par le tassement de couches de neige accumulées, ils emprisonnent des minuscules bulles d'air et des impuretés. Autant de témoins, en profondeur, de l'atmosphère d'il y a dix, cent, voire des milliers d'années. Grâce à eux, les chercheurs ont établi un lien entre températures en hausse et gaz à effet de serre. Dans les entrailles gelées du mont Blanc, on peut ainsi étudier l'évolution de la pollution à l'échelle du Vieux Continent sur une période 100-150 ans. Le pic de césium 137 enregistré lors de la catastrophe de Tchernobyl en 1986 y est, par exemple, détectable.

 

Si la recherche aura encore sans doute réalisé de sérieux progrès dans un demi-siècle et plus, en ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant