Le monocoque Cheminées Poujoulat de Bernard Stamm n'a pas coulé !

le
0
Le monocoque Cheminées Poujoulat de Bernard Stamm n'a pas coulé !
Le monocoque Cheminées Poujoulat de Bernard Stamm n'a pas coulé !

Incroyable ! Cheminées Poujoulat n'a pas coulé ! Victime de la tempête Dirk juste avant Noël alors qu'il effectuait le chemin retour vers Brest après la Transat Jacques Vabre, le monocoque mis à l'eau en 2011 avait chaviré et semblait avoir sombré. Sauvé et secouru avec Damien Guillou par un cargo norvégien, Bernard Stamm avait de ses yeux vu son 60 pieds couler. Et bien non ! Un avion des douanes a repéré l'épave au nord de Brest.

« Je dois avouer que j'ai été un peu surpris (ndlr : en apprenant la nouvelle), a déclaré le skipper suisse dans un communiqué. Au moment où Damien et moi nous sommes fait récupérer, il ne dépassait plus grand-chose du bateau à la surface. A ce moment-là, c'était curieux de l'avoir vu couler, mais c'est aussi très étonnant de le voir réapparaitre maintenant. Peut-être qu'il a perdu sa quille et que du coup il s'est retrouvé beaucoup plus léger? Je ne sais pas. Je le découvrirai demain (dimanche) en plongeant. » A première vue très fortement abîmé, Cheminées Poujoulat a néanmoins pu être remorqué samedi. « Vers 7h - 7h15 ce matin (samedi), Philippe Legros, Ewen Le Clech et moi avons appareillé de l'Aber-Wrac'h à bord de la vedette de la SNSM ?? Présidents Joseph Oulhen ''. Notre objectif était d'arriver au lever du jour aux abords de l'épave que nous savions à 20 milles au nord de l'Aber Wrac'h puisqu'hier (vendredi), un plongeur de la Marine Nationale avait été dépêché sur zone afin d'y déposer un marqueur (une balise GPS). Dans un premier temps, nous avons un peu tourné autour pour nous rendre compte de ce qui trainait dans l'eau, de son l'état? En clair, nous avons analysé tous les éléments nous permettant de déterminer la façon dont nous allions l'accrocher. Nous avons ensuite mis un zodiac à l'eau dans le but d'y débarquer Philippe et Ewen pour qu'ils y crochent des sangles. Après ça, nous l'avons remorquée par l'arrière, à 3 n?uds jusqu'à l'Aber Wrac'h. Au total, l'opération a duré une douzaine d'heures. Il (le bateau) est amarré sur le coffre de la SNSM et est balisé par des flash lights. Ainsi, il est sécurisé. A présent, nous avons un peu de préparation. Pas mal de boulot en perspective. Il est mâché, il n'a plus de roof. La mer a fait son travail ces quinze derniers jours. L'arrière, plongé à 45°, sort de l'eau et l'étrave flotte devant, sans doute tenue par des restes de gréements. C'est pour le moins étonnant. »

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant