Le Mondial s'invite sur les tablettes et les smartphones

le
0
Le Mondial s'invite sur les tablettes et les smartphones
Le Mondial s'invite sur les tablettes et les smartphones

La Coupe du Monde, c'est sur TF1 et BeIn Sports à la télévision. Mais comment suivre son équipe depuis la plage ou au restaurant? Pour être sûr de ne rien rater, le Mondial-2014 s'invite aussi sur tablettes et smartphones, en version gratuite ou payante.Le déploiement de la 4G, qui permet un débit internet équivalent à celui délivré par une ligne fixe, la généralisation des tablettes et l'engouement que provoque cette compétition: les ingrédients sont réunis pour que le Mondial-2014 soit le premier à investir véritablement le second écran.D'après Médiamétrie et sa dernière étude sur l'équipement des foyers portant sur février-mars 2014, près d'un foyer sur trois est équipé d'une tablette. Et chaque mois, ce sont 8,7% des Français de 15 ans et plus qui utilisent une tablette pour regarder la télévision en live ou en rattrapage, selon les données de l'institut.Le Mondial de football, événement planétaire fédérateur, devrait confirmer cet usage qui est en augmentation, estime l'institut Kantar Media. Cet été, près de 7 Français sur 10 (64%) ont l'intention de suivre la 20e édition de la Coupe du Monde au Brésil. Parmi eux, 30% comptent le faire sur smartphone, et 15,4% sur tablette. - Canal+ sur le second écran - Canal+, qui a choisi de ne pas diffuser ce Mondial, figure parmi les précurseurs dans la consommation du sport en direct sur le second écran. Depuis juillet 2012, la chaîne payante propose à ses abonnés de télécharger sur tablette ou smartphone l'application "Canal football app" pour suivre la Ligue 1 en direct. L'application permet notamment de regarder le match sous différents angles. Il était "naturel d'évoluer pour que nos jeunes abonnés aient des contenus qui soient en phase avec leur mode de consommation. Ils doivent se sentir actifs, avoir la possibilité de communiquer sur les réseaux sociaux et être mobiles", avait déclaré à l'AFP François-Charles Bideaux, directeur de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant