Le monde s'inquiète du blocage européen 

le
0
Les États-Unis, comme la Chine, ont manifesté vendredi leur agacement de voir l'Europe peiner à trouver une solution à la crise de sa dette. Une pression pas anodine à la veille de réunions cruciales ce week-end.

Le fossé peine à se combler. La France et l'Allemagne continuent de se déchirer publiquement sur le meilleur «pare-feu» à opposer à la crise de l'euro, sous le regard médusé de leurs partenaires européens, mais aussi des États-Unis et de la Chine. Au premier jour d'une série de rendez-vous ministériels et de sommets européens cruciaux pour la monnaie commune, Paris a une fois de plus poussé l'idée d'un recours à la BCE «parce qu'elle dispose de la puissance de feu nécessaire» pour contenir la contagion, dit-on du côté français. Angela Merkel a martelé son refus, à l'approche d'une nouvelle rencontre de crise avec Nicolas Sarkozy ce soir à Bruxelles. «La route est barrée d'un recours à la BCE pour soulager des problèmes de liquidités» en Europe, a dit la chancelière devant des élus de sa coalition à Berlin.

L'impasse, avant un double sommet de l'euro dimanche et mercredi, commence à inquiéter le reste du monde. «L'impact à l'extérieur est désastre

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant