Le monde est en train de perdre la bataille contre Ebola, dit MSF

le
0

(Actualisé avec nouvelles déclarations) NATIONS UNIES, 3 septembre (Reuters) - "Six mois après son début, le monde est de train de perdre la bataille contre la plus grave épidémie d'Ebola de l'histoire", a déclaré mardi la présidente internationale de Médecins sans Frontières (MSF) Joanne Liu, qui a dénoncé l'inaction de la communauté internationale. "Le 8 août, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré que cette épidémie représentait une 'urgence de santé publique de portée mondiale', mais ceci n'a pas donné lieu à une réponse significative", a-t-elle ajouté devant les Nations unies. "De fait, les Etats ont rallié une sorte de coalition mondiale de l'inaction." La présidente internationale de MSF a appelé les pays disposant de ressources civiles et militaires spécialisées dans les catastrophes biologiques à les envoyer en Afrique de l'Ouest. Dans la seule ville de Monrovia, la capitale du Liberia, ce sont 800 lits qui manquent tandis qu'en Sierra Leone, des corps hautement infectieux pourrissent dans la rue, a-t-elle dit. "L'horloge tourne et le virus Ebola est en train de gagner", a conclu le Dr Liu. "Le temps des réunions et de la planification est fini. Il est maintenant temps d'agir." Depuis son apparition en février en Guinée forestière, cette souche du virus découvert pour la première fois en 1976 près de la rivière Ebola, dans l'actuelle République démocratique du Congo, a fait quelque 1.550 morts, selon l'OMS, principalement en Guinée, au Liberia et en Sierra Leone. A Chicago, le directeur du Centre américain de contrôle et de prévention des maladies (CDC), de retour d'une tournée dans la région, a dit s'attendre à une accélération du nombre de cas de contamination dans les deux prochaines semaines et a exhorté les Etats à agir au plus vite. "Nous savons comment stopper Ebola", a déclaré le Dr Thomas Frieden. "Le défi est d'élever cette réponse aux niveaux massifs requis pour stopper cette épidémie." (voir ID:nL5N0R34VM ) Le président de la Banque mondiale, dans une tribune publiée lundi par le Washington Post, a également fustigé la "réponse catastrophiquement inadéquate" de la communauté internationale. (voir ID:nL5N0R3004 ) (Michelle Nichols; Jean-Stéphane Brosse et Henri-Pierre André pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant