Le monde en 2045 selon Kaspersky

le
0
Le monde en 2045 selon Kaspersky
Le monde en 2045 selon Kaspersky

L'éditeur de solutions antivirus Kaspersky s'est livré à une projection 30 ans dans le futur, dans un monde rempli de robots et à l'espérance de vie prolongée pour les hommes.Les experts de Kaspersky Lab prévoient qu'une multitude de robots se chargera de la quasi-totalité des tâches lourdes et répétitives, les êtres humains travaillant à perfectionner leurs logiciels.

Sans surprise, la production de certains objets ne sera plus nécessaire, des imprimantes 3D s'en chargeant au moindre besoin, qu'il s'agisse de vaisselle, de linge ou encore de briques pour une future maison.

De leur côté, les habitations deviendront intelligentes, la plupart de leurs éléments de confort étant entièrement automatisés grâce à leurs logiciels domotiques, qu'il s'agisse de gérer la consommation et le ravitaillement en énergie, en eau, en nourriture et autres fournitures.

Le PC au musée

Au final, le plus surprenant dans ces prévisions est la disparition annoncée de l'ordinateur, du moins dans sa forme actuelle. Il devrait en effet être supplanté par une gamme complète d'appareils intelligents, remplissant chacun l'une des fonctions des PC classiques. Kaspersky prend l'exemple de l'analyse financière, réalisée par un serveur piloté à distance par l'entreprise concernée.

Dans le domaine médical, des nano-robots pourraient être ingérés directement dans le corps afin de diffuser des médicaments vers les cellules malades ou même effectuer des actes de microchirurgie. De plus, les organes artificiels et les prothèses à commande électronique devraient se démocratiser, leur implantation chirurgicale devenant monnaie courante. Enfin, des capteurs surveilleront en permanence la santé des personnes et transmettront leurs mesures à un espace de stockage dématérialisé, accessible aux personnels de santé. Avec toutes ces projections, Kaspersky s'attend à un allongement sensible de l'espérance de vie.

L'envers du décor verra aussi apparaitre ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant