Le monde de la télé rame dans l'océan YouTube

le
0
Le monde de la télé rame dans l'océan YouTube
Le monde de la télé rame dans l'océan YouTube

YouTube, invité d'honneur du MIPTV de Cannes, a démontré mardi à coup de chiffres astronomiques combien son audience écrase celle de n'importe quelle chaîne TV, mais la télé traditionnelle ne sait toujours pas comment en profiter. "Quand en février le nouvel animateur du +Tonight Show+ sur NBC, Jimmy Fallon, a démarré, il a été regardé par 10 millions de personnes, une grosse audience. Mais sur YouTube, la vidéo a été vue 20 millions de fois", a souligné Alex Carloss, qui dirige le département "Entertainment" de YouTube. Quand à l'autre animateur vedette David Lettermann, "sa chaîne YouTube a atteint un demi-milliard de vues"."Le nombre de vues sur YouTube va de pair avec une hausse de l'audience des émissions télés", a assuré M. Carloss, en encourageant les chaînes à mettre leur contenu sur sa plateforme. "Les fans ignorent les horaires."Idem pour le cinéma: "+La Reine des Neiges+ de Disney, un grand succès, a été relayée par d'innombrables clips mis en ligne par les fans. Disney aurait pu intervenir au nom du copyright, mais a choisi de laisser les fans exprimer leur enthousiasme, et le film est redevenu n°1 au box-office", souligne-t-il.YouTube (groupe Google) monétise sans problème son milliard d'utilisateurs mensuel et ses quelque 6 milliards d?heures de vidéo vues par mois, grâce à des recettes publicitaires estimées à 5,6 milliards de dollars par les analystes, dont 2 milliards nets pour le groupe. Mais le reste du monde de l'audiovisuel n'en touche que des miettes, en raison des bas prix des publicités sur YouTube, quelques euros pour mille vues dont le géant la vidéo en ligne conserve la moitié environ. Ce qui fait dire aux producteurs français de contenus comme Banijay, Lagardère Entertainment ou Newen qu'il n'existe pas pour eux de modèle économique de production pour le net. - 'll faut être très gros' - Les groupes médias traditionnels cherchent ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant