Le monde de Charlie

le
0

Depuis qu'il a découvert la Premier League en 2010, Charlie Adam y traîne sa dégaine atypique. De Blackpool à Liverpool, en passant par Stoke City désormais, le milieu écossais ne laisse personne indifférent. Parce que son image renvoie aux racines britanniques d'un football révolu. Entre frappes chirurgicales, tacles de boucher et bière à foison en dehors des terrains.

Dans chaque écrin du Royaume, sa démarche singulière ne passe jamais inaperçue. Dépareille, même. Le crâne quelque peu dégarni, la gueule édentée et l'embonpoint prononcé, Charlie Adam n'est pas franchement le genre d'hommes à verser dans la préciosité. Si l'on devait personnifier le football britannique d'antan, l'Écossais en serait la digne incarnation. Le vestige d'un autre temps, d'une autre époque, d'un autre style. Parce que chez lui, il n'y pas seulement une dégaine anachronique, mais aussi une façon qui lui est propre d'appréhender les matchs. Des combats plus que des rencontres, d'ailleurs. Comme cette prestation contre Chelsea, début novembre (1-0), où il offre un récital de taquets et de tacles appuyés. Ce qui lui vaudra des remontrances publiques de la part des Blues.

"C'est un jeu d'hommes. C'est aussi simple que ça, se justifiera le milieu de terrain en guise de réponse à ses détracteurs. On est là pour gagner, c'est du 50-50. Le vrai jeu a disparu. À quand remonte la dernière fois que vous avez vu un bon match britannique ? Quand j'étais jeune, je me souviens que je regardais des gars comme Patrick Vieira, Steven Gerrard ou Roy Keane. Ils jouaient durement, mais taclaient toujours de manière juste, ce que j'appréciais. C'est ainsi que je vois le football. Le football est une bataille. Voilà ce qu'il en est. Je n'ai pas l'intention de blesser quelqu'un, je veux juste gagner." Cette réputation de découpeur qui semble désormais l'accompagner, il ne l'a pas volée ces dernières années au gré de semelles assénées à Gareth Bale et Olivier Giroud, voire de prises de lutte improbables sur Alexis Sánchez. Mais ce serait trop vite et injustement réduire Charlie Adam à ce statut peu flatteur. Car le bougre reste, malgré tout, un joueur honnête et plutôt adroit.

Révélation et grosses frappes à Blackpool


Né avec le même blase que son paternel, lequel était un ancien joueur qui a connu différents clubs écossais durant les eighties, Charlie Adam a dû s'armer de patience avant d'acquérir la reconnaissance. Car ses premiers pas aux Glasgow Rangers, le club qu'affectionnait son père, ont été plus que poussifs. Trop jeune, barré par la concurrence et pas toujours utilisé à bon escient – il était parfois aligné sur les côtés, alors…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant