Le «moins de prison» de Taubira a eu un effet sur certains délinquants

le
0
INTERVIEW - Jimmy Delliste, responsable de la maison d'arrêt de Saint-Étienne (Loire) et secrétaire général du SNP-FO-Direction, s'inquiète de cette surpopulation à l'origine de violences dans les établissements.

LE FIGARO. - Pourquoi bat-on aujourd'hui un record de surpopulation?

Jimmy DELLISTE. - La circulaire de la ministre, datant de septembre dernier, n'a pas été suivie d'effets dans les juridictions. Pourtant, la ministre avait donné des consignes claires pour que les magistrats tiennent compte de l'encombrement des prisons, avant de prendre une décision. Elle avait, par ailleurs, indiqué qu'il fallait privilégier des peines alternatives à la prison. Or, on s'aperçoit que les établissements pénitentiaires sont saturés. On compte aujourd'hui 57.000 places contre 68.000 détenus.

Quels sont les établissements concernés par cette surpopulation?

Il s'agit, pour la plupart, de maisons d...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant