Le modèle Aubameyang

le
0
Le modèle Aubameyang
Le modèle Aubameyang

Mis de côté mercredi dernier en Ligue des champions après un voyage à Milan, Pierre-Emerick Aubameyang est revenu sur la feuille de match de Thomas Tuchel par un quadruplé samedi lors du succès de Dortmund à Hambourg. Comme la dernière preuve que le BvB est passé maître dans l'art de la gestion humaine.

C'est peut-être lors de ces heures-là que l'histoire de Thomas Tuchel a basculé. Tout simplement, sur une rencontre, une parmi d'autres qui ont eu lieu lors du voyage initiatique de l'entraîneur allemand entre mai 2014 et juin 2015. À cette période, l'homme est déjà une fracture dans le paysage du football de son pays et sort alors de cinq ans de succès fondateurs à Mayence où, déjà, il avait pris la suite de Jürgen Klopp en faisant du Klopp, en mieux. L'approche du foot par Tuchel est révolutionnaire, car elle bouscule les codes et les idées. Lui aime se définir comme "une sorte de romantique du football" et a changé une chose principale par rapport à son prédecesseur : l'entraîneur n'est plus la star, ses gestes ne sont plus décortiqués, ils ne fascinent pas, mais le collectif est roi. Tuchel est comme ça, et ses méthodes n'ont fait que se bonifier au fil des années. Grâce notamment à un homme : le professeur Wolfgang Schöllhorn, un théoricien du sport dont les préceptes ont notamment inspiré Paco Seirul-lo, le mentor de Pep Guardiola. Sa vision veut que le succès d'un groupe ne se tire pas de la répétition des gestes à l'entraînement. C'est ce qu'a installé Thomas Tuchel à son arrivée au Borussia Dortmund fin juin 2015 pour les succès qu'on lui connaît. L'homme essore ses hommes comme peu le font et les use mentalement à l'entraînement. L'idée est de rendre ensuite le match simple, mais aussi de développer en ses joueurs une confiance de tous les instants. Et voilà comment Tuchel est devenu une figure intouchable à Dortmund en l'espace de quelque 70 matchs dirigés depuis son arrivée, avec comme symbole fort l'explosion définitive d'un homme : Pierre-Emerick Aubameyang, son meilleur buteur l'an passé avec vingt-cinq buts claqués en trente et une titularisations en Bundesliga, plus sa dizaine en Europe. Massif.

La cohérence et la balle dans le pied


L'histoire d'Aubameyang à Dortmund a été enclenchée par Klopp et il raconte souvent que "s'il joue comme ça en tant que buteur aujourd'hui, c'est grâce à lui". Tuchel, lui, a fait évoluer le jeu de l'attaquant gabonais et l'a rendu plus efficace. Klopp et Tuchel se…



Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant