Le mobilier de l'hippodrome de Longchamp aux enchères

le
1
La vente comprend une vingtaine de fauteuils de Charles et Ray Eames édités par Herman Miller. (© Beaussant Lefèvre)
La vente comprend une vingtaine de fauteuils de Charles et Ray Eames édités par Herman Miller. (© Beaussant Lefèvre)

Le premier champ de courses parisien, qui a fermé ses portes pour deux ans de travaux, n'avait pas connu d’aussi grande rénovation depuis la fin des années 1960. L'ambitieux projet avait été impulsé par Marcel Boussac, président de la Société d'Encouragement, ancêtre de France Galop. A l'époque, si la modernisation du bâtiment vétuste était indispensable, le projet tendait surtout à rendre à ce lieu mythique toute l'élégance et le raffinement qui avait fait la réputation de l'hippodrome.

Les plus nobles matériaux comme les plus grands créateurs ont été sollicités. La maison Jansen, fleuron du style français a fourni les sièges et les tables des espaces réservés aux propriétaires. De larges fauteuils et canapés garnis de cuir noir ou rouge, et des tables basses aux lignes sobres rappelant le style Louis XVI, habillent loges et coursives de ces espaces privilégiés.

Un style plus moderne pour le restaurant panoramique

Dans les tribunes ou le restaurant panoramique, le style se veut résolument plus moderne : chauffeuses en skaï, fauteuil «Aluminium group» ou «Lobby chair» de Charles et Ray Eames. À la réouverture des nouvelles tribunes de l'hippodrome en 1966, les commentateurs ont été éblouis par la modernité du lieu. Les agencements postérieurs conserveront cette ligne directrice avec le choix de chaises et fauteuils de Tito Agnoli, édités par Matteo Grassi, dans les tribunes

Lire la suite sur le revenu.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • d.e.s.t. le vendredi 4 déc 2015 à 18:30

    On devrait le proposer à Eric Woerth, le spécialiste des hippodromes et autres golfs bradés à vil prix sans appel d'offres!