Le mirage français de la baisse du nucléaire

le
0
Centrale nucléaire de Dampierre sur Loire. Quatre réacteurs, mise en service 1980 et 1981 1200 emplois Dampierre en Burly, Loiret, France 29 fevrier 2012
Centrale nucléaire de Dampierre sur Loire. Quatre réacteurs, mise en service 1980 et 1981 1200 emplois Dampierre en Burly, Loiret, France 29 fevrier 2012

Promise par François Hollande avant le 1er juillet, la programmation pluriannuelle de l’énergie, toujours en attente, repoussera à 2019 les décisions sur l’atome.

Dans le catalogue des promesses que la gauche n’aura pas tenues, l’atome occupe une place de choix. Le candidat Hollande avait pris deux engagements, maintes fois réitérés après son élection : fermer la doyenne des centrales françaises, Fessenheim (Haut-Rhin), avant la fin du quinquennat, et réduire la part du nucléaire dans la production d’électricité de 75 % à 50 %, à l’horizon 2025. Si aucun de ces deux objectifs n’est formellement abandonné, ils font, à mesure que le temps passe, figure de mirages.

Attendue pour le 1er juillet – avec déjà six mois de retard –, la programmation pluriannuelle qui doit guider la politique énergétique de la France a été une nouvelle fois différée. Elle sera présentée « d’ici au 15 juillet », assure au Monde la ministre de l’environnement, Ségolène Royal. Des « documents de travail » confidentiels ont néanmoins été soumis, lundi 27 juin, au Conseil national de la transition écologique (CNTE). Mais ils ne disent rien, ou presque, de l’évolution du parc nucléaire hexagonal. Leur lecture confirme seulement que les décisions dans ce domaine seront repoussées à 2019. Alors même que la ministre s’était engagée à donner, avant le 1er juillet également, « une fourchette du nombre de réacteurs à fermer, en fonction de deux scénarios d’évolution de la consommation électrique. »

Contentieux Certes, s’agissant de Fessenheim, il est prévu d’« abroger par décret, en 2016, l’autorisation d’exploiter les deux réacteurs ». Cela, en vertu de la loi de transit...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant