Le ministre des Finances grec à Paris dès aujourd'hui

le
0
Le ministre des Finances grec à Paris dès aujourd'hui
Le ministre des Finances grec à Paris dès aujourd'hui

Après la victoire du parti de la gauche radicale Syriza aux législatives grecques dimanche dernier, le rapport de forces est engagé entre Athènes et les tenants européens de l'orthodoxie financière. La chancelière allemande Angela Merkel a exclu samedi dans un entretien à la presse un «nouvel effacement» de la dette de la Grèce souhaité par le nouveau Premier ministre grec Alexis Tsipras. Celui-ci débutera une tournée des capitales européennes dimanche, avec une étape à Paris mercredi. Il sera précédé de son ministre des Finances, Yanis Varoufakis, qui sera en France dès ce samedi.

Berlin refuse une réduction de la dette. La chancelière allemande Angela Merkel exclut dans un entretien au «Hamburger Abendblatt» un «nouvel effacement» de la dette de la Grèce. «Il y a déjà eu un renoncement volontaire des créanciers privés, les banques ont déjà renoncé à des milliards de créances sur la Grèce», justifie la dirigeante allemande. «L'Europe va continuer de montrer sa solidarité à la Grèce comme aux autres pays particulièrement touchés par la crise si ces pays entreprennent des réformes et des mesures d'économies», poursuit-elle. Interrogée sur les premières annonces du gouvernement d'Alexis Tsipras comme l'augmentation du salaire minimum et l'embauche de fonctionnaires, Angela Merkel souligne : «Nous, c'est-à-dire l'Allemagne et les autres partenaires européens, nous attendons de voir avec quel concept le nouveau gouvernement grec vient vers nous».

Athènes prêt à renoncer à 7 milliards d'euros.De son côté, le gouvernement grec s'est montré prêt vendredi, pour en finir avec la troïka, à renoncer à sept milliards d'euros attendus de l'UE fin février. Le ministre grec des Finances Yanis Varoufakis l'a fait savoir au patron de la zone euro Jeroen Dijsselbloem : la Grèce veut bien avoir «la plus grande coopération avec les institutions», comme l'UE, la BCE ou le FMI, mais elle n'a plus ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant