Le ministère de l'intérieur autorise la réouverture de la mosquée de Stains

le
0
Entrée de la mosquée Al-Rwada de Stains.
Entrée de la mosquée Al-Rwada de Stains.

Fermé en novembre 2016 dans le cadre de l'état d'urgence pour cause de menace à l'ordre public, le lieu de culte disposera désormais de caméras de surveillance et d'une équipe de « vigilance.

C'est une première depuis l'instauration de l'état d'urgence. Alors qu'il ne reste plus que quatre jours au gouvernement - d'ici à la passation des pouvoirs entre François Hollande et Emmanuel Macron - pour gérer les affaires courantes, le ministère de l'intérieur a décidé, mercredi 10 mai, d'autoriser la réouverture de la mosquée « Al-Rawda » de Stains, en Seine-Saint-Denis. En novembre 2016, le lieu de culte avait été fermé pour cause de menace à l'ordre public.

Cette décision sensible, fondée juridiquement, mais prise volontairement dans le creux politique de la semaine suivant l'élection présidentielle, intervient au terme d'un contentieux administratif.

Le dossier « Al-Rawda » avait fait couler beaucoup d'encre. Plusieurs djihadistes français avaient fréquenté la mosquée en 2015, avant de se rendre en Syrie, pour rejoindre les rangs de l'organisation Etat islamique (EI). Dans le même temps, des responsables politiques comme l'ancien premier ministre François Fillon, s'étaient malgré eux retrouvés en photo lors de leur rencontre avec le président de l'association cultuelle, un notable égyptien très engagé dans le dialogue interreligieux. Deux éléments en apparence schizophrénique.

« L'Etat est déterminé à lutter contre la radicalisation par tous les moyens de droit et à permettre l'exercice paisible du culte dans le respect des lois de la République », a rappelé le ministre de l'intérieur, Matthias Fekl, dans un communiqué diffusé mercredi.

Garanties Si la mosquée Al-...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant