Le mini-tribunal de Roissy fait polémique

le
0
Les premières comparutions de sans-papiers du centre de rétention administrative du Mesnil-Amelot se sont déroulées lundi dans la nouvelle salle d'audience installée hors du tribunal, près de l'aéroport de Roissy.

La polémique enfle sur les salles d'audience dévolues aux étrangers en situation irrégulière et située hors des tribunaux. Lundi, les premiers sans-papiers du centre de rétention administrative (CRA) du Mesnil-Amelot ont commencé à comparaître dans cette nouvelle salle d'audience à deux pas de l'aéroport de Roissy - d'où ils peuvent être expulsés. Deux juges des libertés et de la détention de Meaux sont détachés au Mesnil-Amelot, où ils devraient statuer sur le cas d'environ 3.000 étrangers par an, autorisant ou non la prolongation de leur rétention, demandée par les préfectures. Pour les pouvoirs publics, l'annexe permet d'éviter à la Police aux frontières et aux sans-papiers de fastidieux transferts jusqu'au tribunal de grande instance de Meaux, à ...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant