Le militaire qui a tué Rémi Fraisse livre sa version

le
8
Le gendarme qui a lancé la grenade à Sivens s'est confié aux policiers judiciaires chargés de l'enquête.
Le gendarme qui a lancé la grenade à Sivens s'est confié aux policiers judiciaires chargés de l'enquête.

Le dimanche 26 octobre, le jeune militant Rémi Fraisse est tué par une grenade offensive, lancée lors d'affrontements avec les forces de l'ordre. C'est le maréchal des logis-chef J. qui a lancé la grenade, alors qu'il est chargé de "sécuriser la zone de vie" du site de Sivens, précise le journal Le Parisien. Selon le quotidien, c'est aujourd'hui un "homme choqué". Il a détaillé les conditions de l'opération à deux policiers judiciaires chargés de l'enquête. Il est 23 h 50 quand J., à la tête d'un groupe de huit militaires, s'installe au niveau de la zone de vie. "Par rapport à ma position, les manifestants sont à environ 30 ou 40 m, ils ont allumé des petits feux". Selon lui, ils sont entre 80 et 100 à lui faire face. Les militants "sont provocants dans leurs propos et nous insultent. On sent que l'atmosphère est lourde. La situation peut dégénérer d'un instant à l'autre", précise le militaire. Des consignes d'apaisementSelon le chef de groupe, la tension monte rapidement. "Ils jettent des projectiles sur les militaires situés au niveau du portail d'accès. Ils provoquent. Ils harcèlent. Nous avons le sentiment qu'ils cherchent une réponse de notre part."Pourtant, selon le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, et le directeur général de la gendarmerie nationale, Denis Favier, les consignes sont claires : il faut apaiser la situation : "À savoir qu'on maintient notre position sans réplique de notre...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • er3dw le mardi 25 nov 2014 à 18:30

    poshit je vois que vous ne connaissez pas l'armement. Une grenade offensive est chargé en tolite. L'onde choc provoque une surpression qui à faible distance n'est pas supportée par l'être humain.

  • posthit le mardi 25 nov 2014 à 09:49

    les gens qui provoquent les heurts sont tout étonnés des ripostes possibles . EUX ont tous les droits , les forces de maintien de l'ordre non . Une grenade offensive n'est pas un arme de guerre ... une défensive oui mais là c'est pas un mort qu'il y aurait eu .

  • M363422 le dimanche 16 nov 2014 à 14:23

    Heureusement que M.de la Palice n'était pas aussi "obtus" que vous.. Mais en plu,croyant faire preuve de culture,vous ne faites qu'afficher votre ignorance. M de la Palice n'a jamais dit cela. De plus est mort lors de la bataille de Pavie...

  • frk987 le samedi 15 nov 2014 à 17:09

    Si ce jeune c.. ne s'était pas trouvé dans cette manif qui ne le concernait pas...il serait en vie, M. de la Palice n'eût dit mieux.

  • frk987 le samedi 15 nov 2014 à 17:08

    Pour Boursorama, publiez un dico des mots interdits....plus épais que le petit Larousse !!!!!

  • M6418959 le samedi 15 nov 2014 à 16:42

    Tiens, mon post est passé, mais s'il s'agit de dire que le mort n'avait qu'à pas se trouvé là, il serait toujours en vie et non un dommage collatéral. Je suppose que mon post ne va pas paraître.

  • M6418959 le samedi 15 nov 2014 à 16:38

    Les gendarmes auraient du se laisser tuer, dixit les bien-pensants senseurs de boursorama.

  • delapor4 le samedi 15 nov 2014 à 16:24

    Il est heureux qu'on risque encore quelque chose quand on joue à casser du flic!