Le Milan passe sans forcer

le
0
Le Milan passe sans forcer
Le Milan passe sans forcer

Grâce à une nouvelle réalisation de M'Baye Niang face à la Samp', le Milan est le dernier qualifié pour les quarts de finale de Coppa. Début 2016, les Rossoneri retrouveront Carpi.

UC Sampdoria 0-2 AC Milan

Buts : Niang (50e) et Bacca (90e) pour les Rossoneri

M'Baye Niang aime la Sampdoria, c'est une certitude. Un doublé il y a deux semaines alors qu'il n'avait jamais trouvé le chemin des filets après trois années de contrat avec le Milan. Et ce soir, le but qui a mis les siens sur le droit chemin sur sa première véritable occasion. Sans trembler. Comme quoi, il y a des équipes contre qui tout réussit. Sinon, le Milan AC n'a pas eu à trop se démener ce soir pour atteindre les quarts. Ils peuvent également remercier Abbiati, toujours aussi concentré, et Bacca, bien en jambes et toujours aussi efficaces devant les cages.

C'est l'intention qui compte


Entre frustrations et imprécisions. D'un côté, la Sampdoria de Montella qui tente de jouer en une ou deux touches rapidement vers l'avant, mais qui n'y arrive pas. Déjà, parce qu'ils finissent toujours par ne ne plus quoi savoir faire du ballon et ne tentent que des frappes de loin. Mais aussi parce que leurs adversaires du soir savent être agressifs et vicieux au bon moment. En témoigne ce petit croche-patte dès les premières minutes de jeu de Bertolacci sur Soriano, alors qu'il s'apprêtait à frapper aux buts. Frustrations. Et de l'autre, le Milan de Mihajlović qui ne construit pas grand chose, mais qui, paradoxalement, se crée les occasions les plus dangereuses de la première période. Le premier à tenter sa chance, c'est Bonaventura qui choisit la solution soliste dans un angle complètement fermé. Le second, c'est Bacca dix bons mètres hors-jeu. Le troisième, c'est M'Baye Niang qui tente une "Van Basten" dans le panneau publicitaire. Et le quatrième et dernier, c'est Cerci qui se prend pour Pirlo sur un coup franc aux trente mètres avec la conclusion que tout le monde peut s'imaginer. Imprécisions.

Fou Bacca et Niang solo


Non, pour voir quelque chose au-delà des intentions, il faut plutôt se téléporter à la 49e minute. Fidèle à sa philosophie du moment, le Milan n'y va pas par quatre chemins pour prendre la direction des cages adverses. Deux passes tout au plus. En l'occurrence, une longue course balle au pied de Bacca, une…






Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant