Le Milan et la Lazio n'avancent pas

le
0
Le Milan et la Lazio n'avancent pas
Le Milan et la Lazio n'avancent pas

Deux petits buts et c'est tout. Le Milan et la Lazio se neutralisent et ça n'arrange personne alors qu'il y avait un très beau coup à jouer à la suite des nombreux matches nuls de ce week-end. Les Milanais peuvent surtout s'en vouloir de ne pas avoir réussi à profiter de leur supériorité numérique en fin de rencontre.

AC Milan 1 - 1 SS Lazio

Buts : Bacca (15e) pour le Milan // Parolo (9e) pour la Lazio

Comme leurs cousins, ils ont ronronné. Dos à dos ce dimanche soir pour le deuxième affrontement du week-end entre Milanais et Romains, l'AC Milan et la Lazio devaient se fritter pour un éventuel dernier ticket pour l'Europe. Au final, pas vraiment plus d'animosité que dans la précédente rencontre des cousins. On ne retiendra que deux équipes qui se sont neutralisées longtemps dans le jeu et qui finissent par s'handicaper l'une l'autre au classement, au terme d'une partie plutôt fermée.

Déchet et coups de pieds arrêtés


On voit tout de suite que ça traîne dans le jeu, d'un côté comme de l'autre. Les deux formations n'osent pas s'avancer de trop, attendent l'autre, guettent chacune la moindre opportunité pour bondir dans le camp adverse, tels des lions, ou des tigres, au choix. Sauf que ce ne sont pas des félins qui représentent ces clubs et ça se ressent. Tant pis, on saisit donc sa chance sur corner pour la Lazio et ça rentre. Parolo s'élève plus haut que les autres et trompe Donnarumma de la tête. On ne s'affole pas du côté des Rossoneri, vient à point qui sait attendre. Et de fait, Bacca s'en va égaliser une poignée de minutes plus tard. De nouveau, la Lazio est timide, avance avec de longs ballons envoyés dans les pieds de Candreva et des petites folies brésiliennes de Felipe Anderson. Quant au Milan, il est moins présent devant le but laziale, mais fait plus peur. Bonaventura fait d'ailleurs trembler le public visiteur et la barre transversale sur coup franc avant la pause. On se rassure, la deuxième période ne peut être que plus mouvementée.

Plus d'intensité, mais moins de buts


Enfin du rythme, et ce dès les premières minutes de la reprise. Cette fois, les hommes de Mihajlovic sont décidés à prendre le jeu à leur compte. Le campement est solidement installé dans la partie de terrain adverse et les occasions s'enchainent, mais, de nouveau, c'est imprécis. Honda rate une fois, deux fois, trois fois. Les hommes de Pioli savent que ça va finir par rentrer et qu'il faut donc réagir directement. Et ça ne traîne pas,…






Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant