Le microparti de Marine Le Pen dans le collimateur de la justice

le
1
Le microparti de Marine Le Pen dans le collimateur de la justice
Le microparti de Marine Le Pen dans le collimateur de la justice

Une information judiciaire contre X a été ouverte, le 3 avril, pour « escroquerie en bande organisée », « faux et usage de faux », concernant le microparti lancé en 2010 par Marine Le Pen, selon Le Monde. Une enquête préliminaire avait été déclenchée il y a un an suite à un signalement de la Commission des comptes de campagne, concernant notamment des prêts accordés par cette structure à des candidats FN dans le cadre des cantonales de 2011 et des législatives de 2012.

En novembre 2013, Mediapart avait révélé l'existence d'investigations menées par la brigade financière concernant des taux d'intérêt «particulièrement élevés de 6,5 % ou 7 %» dans les prêts accordés par le micro-parti Jeanne, lancé en 2010, à des candidats frontistes, dans le cadre notamment des campagnes présidentielle et législative de 2012.

Joint par Le Parisien, Jean-Michel Dubois, trésorier du FN, a confirmé l'existence d'un prêt de 600.000 euros contracté par l'association de financement de la campagne présidentielle de Marine Le Pen -qu'il présidait alors- auprès de «Jeanne». «Aucune banque ne voulait prêter au FN à l'époque» se souvient-il pour justifier ce prêt. Sur les taux d'intérêts, Jean-Michel Dubois confirme également la fourchette évoquée à l'époque par Médiapart, de 6,5 à 7%. «Je ne vois pas où est le problème» affirme-t-il, arguant du fait qu'en ajoutant les frais d'assurance et de dossier, un prêt à court terme contracté auprès d'une banque reviendrait peu ou prou à un coût équivalent pour l'emprunter.

Dans un communiqué, les dirigeants du Front national affirment être «tout à fait sereins, ils savent qu'aucune irrégularité n'a été commise et que tout cela ne donnera rien» . Estimant «que tous les comptes de campagne de ces élections ont été approuvés» par la Commission des comptes de campagne, le parti frontiste constate «simplement la persécution policière et judiciaire ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M1903733 le mardi 15 avr 2014 à 20:03

    Tous les moyens sont bons quand on a le trouillomêtre à zéro