Le Mexique renvoyé à la casa

le
0

Défait par un Equateur auteur de son meilleur match, le Mexique est le premier éliminé de la Copa América. Malgré sa victoire, La Tri pourrait toutefois aussi faire ses valises.

Mexique 1-2 Équateur

Buts : Jiménez (64e sp) pour le Mexique / Bolaños (26e) et E.Valencia (57e) pour l'Équateur

Imprévisible Mexique. Pathétique lors de son entrée dans la compétition face à la Bolivie (0-0), preque exhaltant face au Chili, El Tri s'est enlisé face à l'Equateur, pour devenir le premier pays éliminé de la Copa América. Son adversaire, qui se présentait sans le mondre point au coup d'envoi et avec de très minces chances de se qualifier en cas de victoire, a sorti son match référence, mais sans doute un peu trop tard. L'Equateur peut avoir des regrets. Car, quand son immense potentiel offensif n'est pas annulé par des insensées bévues défensives, sa place se trouve au moins en quarts de finale de la Copa América.

Face à la défense à cinq du Mexique, les Jefferson Montero, Enner Valencia -deux anciens du championnat mexicain- mais aussi, Miller Bolaños, se sont régalés, vendredi soir, à Rancagua. Surtout, ils se sont enfin trouvés, eux qui ont trop souvent donné l'impression de se marcher sur les pieds face au Chili et à la Bolivie. Le renvoi sur le banc de Fidel Martinez a aussi permis à Bolaños, buteur en série d'Emelec, d'évoluer un cran au-dessus, dans une position de deuxième attaquant qu'il domine parfaitement. A la 26e minute, c'est d'ailleurs lui qui ouvre le score. Au deuxième poteau, Bolaños claque le ballon dans les filets, à l'affut suite à une frappe d'Enner Valencia déviée par un défenseur mexicain. A la source de l'offensive fatale de l'Equateur, une perte de balle d'Hugo Ayala, défenseur des Tigres, le nouveau club d'André-Pierre Gignac

L'Equateur desserre la ceinture


Large dominateur d'une première période où le Mexique semblait totalement désorienté, l'Equateur a toutefois bien cru retombé dans ses travers, quand Paredes (Wigan) perdait bêtement un ballon devant sa surface. Opportuniste, Matías Vuoso voyait sa frappe raser le poteau (24e). Devant un tel constat d'échec, Miguel Herrera, qui pensait sans doute voir ses joueurs livrer une prestation dans la lignée de celle offerte face au Chili, faisait entrer l'ailier de formation, Javier Aquino, à la place du latéral, Efrain Velarde, dès le retour des vestiaires. A la 52e, le milieu offensif, Marco Fabian, prenait la place du récupérateur, Javier Guemez, pour tenter de mettre davantage sous pression la plus mauvaise défense de la Copa América. Mais…






Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant