Le Mexique relance un contrat ferroviaire, Alstom intéressé

le
0

(Actualisé avec réaction d'Alstom) MEXICO, 7 novembre (Reuters) - Le Mexique va relancer un appel d'offres pour un contrat ferroviaire à grande vitesse de 3,75 milliards de dollars (3,02 milliards d'euros) pour lequel Alstom ALSO.PA avait manifesté un intérêt. L'opposition mexicaine accusait le gouvernement d'avoir favorisé le consortium chinois China Railway Construction 601186.SS , unique candidat à l'appel d'offres attribué lundi. "Nous, ce qu'on avait demandé, c'est qu'il y ait assez de temps, un temps suffisant pour garantir la bonne préparation de l'appel d'offres", a réagi vendredi une porte-parole d'Alstom. Le groupe français a dit avoir pris connaissance de l'appel d'offres fin juillet, avec une "deadline" mi-octobre. "Chez Alstom, on a considéré qu'on n'avait pas assez de temps pour préparer une offre compétitive", a ajouté la porte-parole, évaluant de six à huit mois le délai nécessaire pour une bonne préparation. Le ministère mexicain des Communications et des Transports a déclaré qu'un nouvel appel d'offres serait lancé, de sorte que plusieurs sociétés puissent y participer, sans toutefois en préciser la date. Alstom s'est dit prêt à y participer si les conditions lui permettent de proposer une offre compétitive. L'allemand Siemens SIEGn.DE et le canadien Bombardier BBDb.TO étaient également parmi les candidats intéressés par le projet. "Le président est sensible au fait qu'il ne devrait y avoir aucun doute sur un projet de cette importance et d'une telle prestation pour la société", a indiqué le ministère dans un communiqué. China CSR Corp Limited et China Railway Construction, tous deux impliqués dans l'appel d'offres, n'étaient pas immédiatement joignables pour commenter l'information. Mais selon la presse chinoise, les deux groupes ont manifesté leur étonnement après avoir été informés de l'annulation de cette commande. En Bourse, l'action de China Railway Construction a fini en baisse de 4,94%, son plus fort recul depuis juin 2013. Le contrat portait sur une ligne ferroviaire pour passagers de 210 km reliant la ville de Mexico à celle de Queretaro. Elle devait coûter en tout 50,82 milliards de pesos (3,02 milliards d'euros) avec des travaux prévus pour cinq ans. Le nouveau tronçon devait 27.000 passagers par jour à une vitesse pouvant aller jusqu'à 300 km/h. (Michael O'Boyle, avec Dave Graham à Mexico et Samuel Shen à Shanghai, Benjamin Mallet à Paris, Claude Chendjou pour le service français, édité par Patrick Vignal)


Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant