Le Mercosur adresse un ultimatum au Venezuela

le
0
    BRASILIA, 14 septembre (Reuters) - Les membres fondateurs du 
Mercosur ont donné jusqu'au 1er décembre au Venezuela pour 
respecter les conditions de son appartenance au bloc 
sud-américain de libre-échange sous peine d'en être suspendu, a 
annoncé le Brésil mardi. 
    Cet ultimatum est le dernier épisode en date de la querelle 
autour du Venezuela, qui expose les divisions idéologiques au 
sein du Mercosur. Dominé pendant des années par des 
gouvernements de gauche, ce marché commun a rebasculé à droite 
avec l'arrivée au pouvoir de nouveaux dirigeants en Argentine 
puis au Brésil. 
    A l'exception de l'Uruguay, tous les membres du Mercosur ont 
refusé en juin que le Venezuela prenne la présidence tournante 
de l'organisation en accusant ce pays de ne pas avoir endossé un 
accord économique conjoint ni un engagement en faveur de la 
protection des droits de l'homme. 
    Le blocage persistant a amené l'Uruguay à durcir sa position 
à l'égard du Venezuela, selon une source brésilienne, et 
l'Argentine, le Brésil, le Paraguay et l'Uruguay ont décidé 
mardi de lancer un ultimatum au Venezuela, dirigé par le 
socialiste Nicolas Maduro, et de partager provisoirement la 
présidence du Mercosur. 
    Après l'arrivée au pouvoir de Michel Temer au Brésil à la 
suite de la destitution de la présidente de gauche Dilma 
Rousseff, le Venezuela a gelé ses relations avec le Brésil et a 
rappelé son ambassadeur en poste à Brasilia. L'Equateur et la 
Bolivie ont eux aussi rappelé leur ambassadeur. 
    Le Venezuela a été accepté en 2012 au sein du Mercosur avec 
un délai de quatre ans pour respecter toutes les conditions 
d'adhésion. 
 
 (Alonso Soto; Bertrand Boucey pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant