Le Medef veut une taxation unique des plus-values

le
1

Pour rendre l'investissement en France plus attractif, l'organisation patronale réclame la mise en place d'une taxe forfaitaire de 25 % sur les plus-values mobilières.

Le compte n'y est toujours pas pour le Medef. Alors que le gouvernement prévoit 41 milliards d'euros d'allégements de charges et de fiscalité pour les entreprises de 2014 à 2017, l'organisation patronale considère qu'il faut aller plus loin. Au risque de passer pour une éternelle insatisfaite. Mais le Medef, qui calcule que les entreprises françaises étaient soumises à 134 milliards de prélèvements de plus que l'Allemagne en 2013, juge qu'une réduction supplémentaire de quelque 50 milliards est «nécessaire et possible». De même qu'une baisse des charges de 30 milliards d'euros.

Le patronat réclame notamment une suppression des impôts sur les facteurs de production, comme la CVAE (cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises), un plafonnement des impôts locaux des entreprises et une baisse du taux de l'impôt sur les sociétés. Et fait nouveau, en plus de la suppression de l'ISF, le Medef demande la mise en place d'une «flat tax» ou taxe forfaitaire de 25 % sur les plus-values mobilières, dividendes et intérêts. Cela permettrait de rendre l'investissement en France plus attractif, en «ramenant la fiscalité du travail dans la norme européenne».

Des allégements compensés par la baisse des dépenses publiques?

Pour l'heure, «l'investisseur est pénalisé», estime Geoffroy Roux de Bézieux, vice-président délégué du Medef, car «dans tous les cas, c'est le pays où l'on taxe le plus ces revenus au taux marginal». Et ce, même s'il existe des régimes dérogatoires.

Ce système oblige par ailleurs les entreprises a «être beaucoup plus performantes que leurs concurrentes étrangères» si elles veulent verser des revenus équivalents à leurs investisseurs. Selon le Medef, ces allégements peuvent être compensés par une réduction des dépenses publiques.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • remimar3 le mardi 22 sept 2015 à 12:53

    Prenez une idée simple, donnez là en pâture aux députés et aux sénateurs, et ils feront de la dentelle avec, tant ils sont soumis à la pression de certains intérêts particuliers. Notre économie se meurt à cause de cette jungle fiscale qui en plus change régulièrement. On ne se glorifiera qu'à simplifier les choses et ce dès la conception des lois !!!!!