Le Medef veut que travailler le dimanche soit autorisé

le
0

PARIS (Reuters) - Le président du Medef, Pierre Gattaz, souhaite que la loi soit modifiée pour autoriser le travail le soir et le dimanche, après des décisions de justice imposant à des magasins de fermer.

Ces décisions constituent "une quadruple peine pour le pays" : pour les consommateurs, les salariés, les entreprises et l'emploi, a-t-il dit vendredi sur RMC et BFMTV.

Après la décision imposant au magasin Sephora des Champs-Elysées de fermer plus tôt, le tribunal de commerce de Bobigny a ordonné jeudi à 15 magasins de bricolage de fermer le dimanche.

La plainte avait été déposée contre Castorama et Leroy Merlin par leur concurrent Bricorama, qui avait lui-même été obligé de fermer ses 24 magasins d'Ile-de-France le dimanche.

"Je demande une modification de la loi pour éviter que ce texte-là continue et fasse des ravages", a dit Pierre Gattaz. "C'est insupportable de se dire : les clients veulent consommer et on leur interdit, et nos salariés veulent travailler plus et on leur interdit, c'est complètement délirant."

Sans pouvoir chiffrer le gain en termes d'emplois d'une autorisation plus large, il a évoqué "des centaines de milliers d'emplois, des dizaines de milliers d'emplois".

"Je vais pousser pour que, avec les partenaires sociaux et avec les députés, on modifie la loi", a ajouté le président du Medef, "en essayant d'expliquer avec nos partenaires, avec les salariés et avec les entreprises qu'on ne peut plus vivre en France comme dans les Trente glorieuses en étant recroquevillés sur nous-mêmes".

Jean-Baptiste Vey, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant