Le Medef souffle le chaud et le froid

le
7
Pierre Gattaz et Jean-François Pilliard à la sortie de Matignon, le 11 avril dernier.
Pierre Gattaz et Jean-François Pilliard à la sortie de Matignon, le 11 avril dernier.

C'est un peu "good cop" et "bad cop", comme si les dirigeants du Medef s'étaient réparti les rôles après la quasi-adoption de la première étape du pacte de responsabilité et de solidarité de François Hollande. D'un côté, Jean-François Pilliard, en charge du pôle social du mouvement, positive. Vendredi dans Les Échos, ce délégué général de la métallurgie, réputé favorable au dialogue social interprofessionnel, a reconnu que "le paysage s'(était) éclairci" pour les entreprises et leur a rappelé "l'impérieuse nécessité" de négocier les contreparties promises dans les branches professionnelles. Jusqu'à présent, un seul accord a été signé, dans le secteur de la chimie... De l'autre côté, le président du Medef, Pierre Gattaz, continue à voir le verre à moitié vide, au risque de braquer une majorité déjà échaudée par une politique de baisse des prélèvements en faveur des entreprises. "Ce que je vois surtout chez les chefs d'entreprise, c'est de l'attentisme, de la méfiance. La situation économique du pays est catastrophique", a assené le patron des patrons dans une interview accordée au Figaro lundi. Celui qui avait dit vouloir faire du mouvement patronal un "Medef de combat" pendant sa campagne interne prévient que le pacte de responsabilité seul "ne suffira pas à redresser la France". Et appelle le gouvernement à passer "à la phase 2". Le niveau du smic de nouveau sur la tableLe Medef va présenter à son...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • m.ramano le mardi 22 juil 2014 à 18:34

    Y a t'il eu des pactes avec le Medef quand les taxes impots charges Ont augmentés . ?????

  • M7097610 le mardi 22 juil 2014 à 18:27

    l'allemagne n'a pas besoin de l'Etat pour discuter avec les syndicats. Ces messes deviennent ridicules...

  • dratiser le mardi 22 juil 2014 à 17:05

    il decredibilise le patronat , et donne raison aux ultras de la CGT pour qui c'est jeu de dupes , ça se retournera contre lui , aucun doutela dessus , la nego implique que chacun soit gagnant , et là ce n'est pas ce qu'il revendique

  • lemeri38 le lundi 21 juil 2014 à 18:58

    c'est la ou tu te plantes aminet la hausse il l'a eu en réel et la baisse en paroles ... pas étonnant qu'on en soit la ou on en est

  • aminet le lundi 21 juil 2014 à 18:08

    Pourrait-il nous rappeler ses promesses mirifiques de centaines de milliers d'emploi crées en cas de baisse des charges ? Il a eu la baisse, où sont les emplois ? Ou alors lui en faut-il plus ?

  • lorant21 le lundi 21 juil 2014 à 17:34

    La situtaion n'est pas brillante avnt mai 2012. Mais elle s'est terriblement aggravée depuis avec la défiance généralisée (discours # actes), les effets des lois fiscales retréoactives, l'accroissement des impots et des charges, l'alourdissement continu des contraintes (pénibilité, stages, apprentissage)

  • frk987 le lundi 21 juil 2014 à 17:29

    La situation des entreprises totalement françaises est catastrophique, il n'y a que les multi nationales qui tirent leur épingle du jeu en produisant hors de France. Merci les socialos, bon boulot, en 2 ans vous avez achevé la démolition économique du pays, fait fuir les investissements, rameutés tous les traine-lattes sans qualification donc inemployables....Encore 3 ans et l'on ne s'en remettra plus JAMAIS.