Le Medef pose ses conditions pour des négociations Unedic

le
0
LE MEDEF POSE SES CONDITIONS À UNE REPRISE DES NÉGOCIATIONS SUR L'ASSURANCE CHÔMAGE
LE MEDEF POSE SES CONDITIONS À UNE REPRISE DES NÉGOCIATIONS SUR L'ASSURANCE CHÔMAGE

PARIS (Reuters) - Le président du Medef pose ses conditions à une reprise des négociations sur une nouvelle convention d'assurance-chômage, qu'il n'envisage pas avant l'élection présidentielle de 2017, dans une interview publiée vendredi par Les Echos.

Pierre Gattaz rejette par avance toute taxation des contrats de travail courts, sujet sur lequel ont butté ces négociations en juin, contraignant l'Etat à reprendre la main. Il souhaite avant toute chose que les partenaires sociaux se mettent d'accord sur un "diagnostic partagé".

Il réplique ainsi indirectement au Premier ministre, qui a exhorté dimanche syndicats et patronat à se remettre autour de la table et annoncé que le gouvernement les réunirait dans les prochaines semaines.

Manuel Valls a également dit au "Grand Jury" RTL-Le Figaro-LCI que la taxation des contrats courts restait à l'étude, même si "elle n'est pas facile à mettre en oeuvre", parmi les pistes à envisager pour alléger la pression financière sur l'Unedic, organisme gestionnaire de l'assurance-chômage.

"Nous sommes prêts à reprendre les négociations dès la semaine prochaine. Mais si c'est pour nous imposer une taxation des contrats courts, ce n'est définitivement pas possible", répond Pierre Gattaz. "Ce serait une bêtise contre-productive."

Il se dit en revanche prêt à ouvrir des discussions sur la "permittence", néologisme désignant l'alternance accélérée de contrats de travail de très courte durée et de périodes de chômage indemnisées, qui est devenu un mode de gestion du personnel dans nombre d'entreprises et coûte cher à l'Unedic.

"NOUS AVONS JUSQU'EN MAI 2017"

Pour mettre fin aux abus, il propose par exemple de revenir sur le mode de calcul des indemnités chômage et d'envisager une "dégressivité intelligente des allocations", sujet très sensible pour les syndicats qui gèrent l'Unedic avec le patronat.

"Nous avons une proposition", poursuit-il. "Il faut prolonger la convention actuelle jusqu'à ce que nous arrivions, avec les syndicats, à une vision partagée de l'avenir, du marché du travail et du rôle de l'assurance-chômage."

"Nous avons jusqu'en mai 2017. La France manque cruellement d'une vision du dialogue social. Il faut que nous nous mettions autour d'une table (...) pour travailler sur la France dans dix, quinze ans, les enjeux de la mondialisation, de l'ubérisation, du numérique, de l'avenir des filières", explique Pierre Gattaz.

La discussion devra selon lui porter également sur l'impact de ces évolutions sur les contrats de travail et la protection sociale. "Ce travail commun effectué, il sera plus simple de rouvrir les négociations sur l'assurance-chômage", ajoute-t-il.

Il se place ainsi de facto dans la perspective de l'après élection présidentielle du printemps 2017.

Manuel Valls presse pour sa part les partenaires sociaux de trouver une solution avant fin 2016, notamment pour remédier au recours excessif aux contrats courts, faute de quoi le gouvernement prendra lui-même des mesures.

Une perspective contre laquelle le président du Medef met en garde le Premier ministre.

"Ce serait créer un problème de confiance chez les entreprises", dit Pierre Gattaz dans Les Echos. Pour lui, si le gouvernement "veut faire réagir les partenaires sociaux, il ferait mieux de décider que l'Etat ne garantit plus la dette du régime d'assurance-chômage".

(Emmanuel Jarry, édité par Yann Le Guernigou)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant