Le Medef juge possible d'aboutir cette semaine sur le travail

le
0
LE MEDEF JUGE POSSIBLE DE CONCLURE LES NÉGOCIATIONS SUR LA RÉFORME DU MARCHÉ DU TRAVAIL CETTE SEMAINE
LE MEDEF JUGE POSSIBLE DE CONCLURE LES NÉGOCIATIONS SUR LA RÉFORME DU MARCHÉ DU TRAVAIL CETTE SEMAINE

PARIS (Reuters) - Les négociations entre partenaires sociaux sur la réforme du marché du travail, qui reprennent mercredi, ont "au moins une chance sur deux" d'aboutir et devraient pouvoir être conclues cette semaine, a estimé mardi Laurence Parisot.

La présidente du Medef, qui a dit "étudier très sérieusement" certaines demandes des syndicats comme l'extension des complémentaires santé, a toutefois réitéré son opposition à la taxation des contrats courts, mesure phare sur laquelle ont achoppé les précédentes séances de négociation.

"La semaine qui s'ouvre est décisive et les séances prévues mercredi et jeudi devraient être des séances conclusives", a déclaré Laurence Parisot lors d'un point presse au siège de l'organisation patronale.

"Nous voulons aboutir parce que nous pensons que c'est l'intérêt de tous (...) Je pense que nous avons au moins une chance sur deux d'aboutir, peut-être un petit peu plus d'une chance sur deux", a-t-elle ajouté.

Sans plusieurs mesures en faveur de la flexibilité, notamment la réduction des délais et la "sécurisation" des procédures de plans de sauvegarde de l'emploi, un accord ne pourra être signé par l'organisation patronale, a-t-elle toutefois indiqué.

Surtout, Laurence Parisot a réaffirmé son opposition à la taxation des contrats courts de moins d'un mois.

"Nous ne voyons pas en quoi aujourd'hui une taxation des contrats courts favoriserait les embauches", a-t-elle dit.

"La taxation des CDD ne changera rien et au contraire risque de détruire quelques emplois qui ne peuvent pas se concevoir autrement que par des contrats courts", a-t-elle ajouté.

La patronne du Medef a estimé que cette revendication des syndicats était une "question de pur principe".

Malgré une hausse de 88% des contrats à durée déterminée (CDD) de moins d'un mois entre 2000 et 2010 -une augmentation observée à 60% dans le public et "fortement tirée" par les contrats de moins d'une semaine- 87% des salariés du secteur privé étaient en contrat à durée indéterminée (CDI) en 2011, a-t-elle fait valoir.

Le vrai problème est celui des embauches, dont 84% étaient des CDD en 2010, a-t-elle jugé, estimant qu'une amélioration générale du "climat" du marché du travail favoriserait les embauches en CDI.

François Hollande a donné aux partenaires sociaux jusqu'à la fin de l'année pour conclure un "compromis historique" sur la sécurisation de l'emploi et la flexibilité du marché du travail, faute de quoi le gouvernement prendra ses responsabilités.

Chine Labbé, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant