Le Medef juge infondée la peur d'une vague de licenciements

le
0

PARIS (Reuters) - La crainte d'une vague de plans sociaux en France ne s'appuie sur rien de tangible, déclare la présidente du Medef, Laurence Parisot, dans un entretien à paraître vendredi dans Les Echos.

La dirigeante patronale plaide pour une rencontre entre les partenaires sociaux et François Hollande avant les élections législatives de juin pour définir les tâches et le calendrier.

Priée de dire si elle redoute une vague de plans sociaux, elle répond: "Rien de tangible pour le moment ne me le fait craindre. A condition toutefois que l'économie de la zone euro retrouve un peu de sérénité et des perspectives d'avenir."

"Et pour piloter au mieux les entreprises dans cette période d'incertitude, il faudrait pouvoir disposer en France d'outils permettant les ajustements. C'est l'objectif de la négociation 'activité-emploi' en cours", ajoute-t-elle.

Interrogée sur les futures négociations que le président élu souhaite engager avec les syndicats et le patronat, elle déclare: "Je suis d'accord avec François Chérèque qui préconise une réunion entre les partenaires sociaux et le chef de l'Etat avant les élections législatives."

"Plus vite on se réunira, plus vite on définira l'agenda social et la méthode de travail: les critères pour distinguer ce qui relève exclusivement des partenaires sociaux des dossiers qui impliquent une responsabilité conjointe avec l'Etat."

"François Hollande s'est engagé à respecter l'autonomie des partenaires sociaux. Avec les syndicats, nous travaillons déjà activement sur nombre de sujets et nous sommes prêts à définir une feuille de route ambitieuse", poursuit Laurence Parisot.

Sur ses relations et ses éventuels différends avec François Hollande, notamment sur la hausse des prélèvements, elle répète que "la perspective d'une hausse des prélèvements obligatoires sur les entreprises est inquiétante pour la compétitivité" mais ajoute que "l'approche de François Hollande sur le dialogue social correspond très largement à ce que nous préconisons depuis longtemps".

Jean-Baptiste Vey, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant