Le Medef détaille sa proposition de plan d'urgence pour l'emploi

le
2
    PARIS, 15 décembre (Reuters) - Le Medef a appelé mardi à une 
large réflexion nationale autour de ses propositions pour un 
plan d'urgence contre le chômage, qu'il estime indispensable 
pour créer "un électrochoc de confiance pour la croissance et 
l'emploi".  
    Le président de l'organisation patronale, Pierre Gattaz, 
avait appelé la semaine dernière le gouvernement à mettre en 
place de telles mesures, à l'instar de l'état d'urgence décrété 
à la suite des attentats du 13 novembre à Paris et Saint-Denis. 
  
    "Il est temps d'agir et il faut agir de façon extrêmement 
musclée", a déclaré Pierre Gattaz mardi lors d'un point de 
presse.  
    "On est capable de faire un plan état d'urgence après les 
attentats. Pour la COP21, on est capable de réunir 195 pays", a 
-t-il relevé en demandant que le problème du chômage soit pris 
en compte "aussi sérieusement qu'on a traité les attentats 
terroristes, c'est-à-dire avec un état d'urgence économique pour 
la croissance et pour l'emploi." 
    L'instance patronale avance 15 mesures qui visent notamment 
à lever les réticences des employeurs à l'embauche, à favoriser 
l'emploi des jeunes et des seniors, à lutter contre le 
décrochage scolaire et réhabiliter les filières d'apprentissage. 
    Le Medef plaide également pour un allègement des charges et 
une simplification de l'environnement législatif et 
réglementaire car "chaque fois qu'on crée une nouvelle taxe ou 
un nouvelle règle, on crée du chômage", a estimé Pierre Gattaz.  
    "Si on travaille sur la compétitivité, la confiance, 
l'agilité, on remettra en plus le moteur de la croissance en 
marche autour de la mondialisation de notre économie", a-t-il 
dit.    
    Le document réunissant les propositions du Medef a été 
décrit par Pierre Gattaz comme "une ébauche, un document de 
travail destiné à susciter le débat et à générer des 
contre-propositions" et à "alimenter des discussions et une 
réflexion nationale transpolitique sur le sujet".      
    Il a déjà été communiqué au cabinet du Premier ministre et 
devrait être transmis dans la semaine à la plupart des membres 
du gouvernement, à l'ensemble des partenaires sociaux et des 
partis politiques, y compris d'extrême droite et d'extrême 
gauche.  
    Manuel Valls a annoncé lundi soir sur France 2 que François 
Hollande et le gouvernement dévoileraient en janvier de 
nouvelles mesures pour lutter contre le chômage, avec notamment 
pour priorités la formation des chômeurs et l'apprentissage. 
      
    Le taux de chômage a grimpé à son plus haut niveau depuis 18 
ans au troisième trimestre et la hausse du nombre de demandeurs 
d'emplois a été la plus forte en octobre depuis janvier 2013. 
      
 
 (Myriam Rivet, édité par Yves Clarisse) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8252219 il y a 12 mois

    3 ans et demi de gouvernance socialiste 700 000 chômeurs de plus: c'est 3 ans et demi d'aveuglement , de dogmatisme, de suivi d'une politique soit disant sociale. c'est vrai que plus à gauche ils auraient plus partagé la dégradation du niveau de vie et la pauvreté. C'est aussi une dette de la France dépassant les 2000 milliards et en augmentation continue. 2015 c'est aussi 45000 fonctionnaires de plus. Pour nous noyer en nous enfonçant la tète sous l'eau li n'y a pas mieux.

  • milano12 il y a 12 mois

    et on est capable de déversé sa haine sur le FN