Le Medef critique le prélèvement à la source

le
9
LE MEDEF CRITIQUE LE PRÉLÈVEMENT À LA SOURCE
LE MEDEF CRITIQUE LE PRÉLÈVEMENT À LA SOURCE

PARIS (Reuters) - Le Medef a sévèrement critiqué jeudi le projet de prélèvement à la source de l'impôt sur le revenu, estimant qu'il constituait une contrainte supplémentaire pour les entreprises et que sa mise en place nécessitait "une vaste expérimentation préalable".

"Ce n'est ni le moment, ni la priorité", déclare l'organisation patronale dans un communiqué à propos du dispositif que le gouvernement veut voir opérationnel début 2018.

"Ce n’est vraiment pas le moment de charger les entrepreneurs de nouvelles contraintes. Sous couvert de simplifier, on transfère une mission aux entreprises qui devraient ainsi assumer une mission régalienne de l’Etat", indique Geoffroy Roux de Bézieux, vice-président délégué du Medef.

"Nos TPE et nos PME sont déjà sous l’eau. Arrêtons d’ajouter de nouvelles contraintes aux innombrables obligations qu’elles ont déjà", ajoute-t-il.

Le projet dévoilé mercredi par le ministère des Finances prévoit que l'impôt sur le revenu sera, pour les salariés, collecté par les employeurs pour le compte de l'Etat, qui leur communiquera les taux d'imposition de chacun.

Le Medef regrette qu'il n'y ait pas eu de "véritable consultation" des entreprises en amont et redoute que les patrons aient à s'expliquer avec leurs employés en cas de hausse des impôts qui feraient baisser les salaires.

Pour pouvoir être envisagé, un tel projet devrait, selon lui, s'inscrire dans le cadre d’une baisse des dépenses publiques, avoir un coût neutre pour les entreprises, assurer leur sécurité et la confidentialité des informations.

"Ces exigences rendent indispensable une vaste expérimentation préalable à toute décision de mise en œuvre", conclut-il.

(Yann Le Guernigou, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • Garasixt il y a 9 mois

    La pleureuse est de retour! Comme si il n'en avait pas assez obtenu avec la loi travail. Ce mec est imbuvable!

  • janaliz il y a 9 mois

    Je suis sertain que le modérateur doit être en train de chercher ce que ce plafonnier vient faire dans la phrase précédente... Je me marre...

  • janaliz il y a 9 mois

    Je pense que le divorce entre ces sos et le patronat est en train de se consommer. Entre la non réforme du travail qui va générer de nouvelles contraintes et celles qui vont naitre de cette immense réforme ( le prélèvement à la source) du quinquennat des pitres, tout sera bientôt dit. Et l'histoire se refermera sur ce qui restera comme le pire lustre de l'histoire de France.

  • sibile il y a 9 mois

    les patrons français en ont plein le dos, et Hollande pourra toujours se brosser pour qu'ils embauchent

  • charleco il y a 9 mois

    Les dictateurs ne consultent pas : ils imposent (et taxent).

  • janaliz il y a 9 mois

    Il va falloir que le gros sapin dégraisse ses effectifs, sinon on ne comprend pas bien...

  • jguil123 il y a 9 mois

    Toujours critiquer! Lorsque le gouvernement n'applique pas les mêmes méthodes que dans les autre pays européens: on se sait pas réformer, et quand il les applique ce n'est pas bien. Rien à comprendre. Le patronat français veut le beurre , l'argent du beurre et la fermière et sans débourser un seul centime.C'est le patronat français qui devrait se réformer!

  • nono67 il y a 9 mois

    bah de toutes façons , dans un an , françois , michel , seguolene et toute la clique de la promotion voltaire auront disparu des écran et seront empêcher de nuire . le nouveau gouvernement suspendra ce projet haté et baclé pour l'expérimenter .

  • frk987 il y a 9 mois

    L'habituel amateurisme socialiste.....et ce ne sont pas qui géreront la catastrophe prévisible en 2018 !!!