Le Medef contre les recommandations sur l'énergie

le
0
LE MEDEF CONTRE LES RECOMMANDATIONS DU DÉBAT SUR LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE
LE MEDEF CONTRE LES RECOMMANDATIONS DU DÉBAT SUR LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE

PARIS (Reuters) - Le patronat français s'est opposé jeudi aux recommandations "en l'état" du débat sur la transition énergétique, au dernier jour des négociations sur ces propositions qui doivent alimenter une loi de programmation à la rentrée.

"Le Medef refuse d'endosser le texte en l'état", a dit une porte-parole de l'organisation patronale. "Nous nous opposons aux positions sur (la sortie partielle du) nucléaire et sur la division par deux de la consommation d'énergie en 2050."

Jean-Louis Schilansky, président de la commission Energie du Medef et de l'Union française des industries pétrolières (UFIP) a estimé sur BFM TV que ces recommandations étaient "utopiques".

"Il faut des besoins de financements considérables, on parle de plusieurs centaines de milliards d'euros", a-t-il dit. "Ça nous semble utopique, aujourd'hui, on n'a pas les moyens de le faire."

"Ce n'est pas la peine d'essayer de se projeter dans cet univers-là qu'on n'arrivera pas à atteindre. Il faut prendre des mesures réalistes, économiques, qui améliorent le pouvoir d'achat des Français et pas projeter une société idéale qu'on ne pourra pas obtenir", a-t-il ajouté.

Le conseil national du débat, qui rassemble plus de 110 représentants issus notamment des ONG, syndicats et services de l'Etat, se réunit pour la dernière fois ce jeudi.

Il doit entériner une quinzaine de grandes recommandations, au sein desquelles sont détaillées des propositions pour engager la France vers une économie plus sobre en carbone et un "mix" énergétique plus diversifié.

Avant jeudi matin, le Medef n'avait pas fait valoir d'opposition particulière au projet de recommandations, a souligné Bruno Rebelle, membre du comité de pilotage du débat.

"Le MEDEF plante 8 mois de débat en refusant un texte qu'il acceptait hier encore à 16h ", s'est insurgé l'ancien président de Greenpeace sur le réseau social Twitter.

Le secrétaire national d'Europe Ecologie-Les Verts (EELV), Pascal Durand, a dénoncé pour sa part le "conservatisme" du Medef.

"Ce sont des méthodes amorales et qui en disent long sur l'incapacité du Medef à penser l'avenir, à penser la modernité", a-t-il commenté sur Europe 1.

Les recommandations du débat restaient vagues mercredi sur plusieurs sujets épineux comme la façon dont la France parviendra à concrétiser la promesse de François Hollande de réduire de 75% à 50% la part du nucléaire dans la production d'électricité à l'horizon 2025

L'objectif de réduire de 50% la consommation d'énergie d'ici 2050, critiqué par le Medef, est évoqué dans le projet de texte comme "un cap ambitieux qui ne fait pas consensus".

Marion Douet, avec Sophie Louet, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant