Le match que vous n'avez pas regardé

le
0
Le match que vous n'avez pas regardé
Le match que vous n'avez pas regardé

On ne va pas se mentir, personne ne regarde le championnat moldave. Ni ce week-end, ni jamais d'ailleurs. Et pourtant, l'opposition de bas de tableau entre le CF Ungheni et le FC Dinamo-Auto avait quelques bons arguments : de gros dégagements de gardien, quinze minutes de publicités sur du canoë et du patinage artistique et un spectateur qui gêne le cameraman.

CF Ungheni 2-1 FC Dinamo-Auto

Buts : Primac (75e) et Gusan (88e) pour Ungheni // Truhanov (43e sp) pour le Dinamo-Auto

On est à la demi-heure de jeu et là, un attentat. En bonne et due forme. Une poussette dans le dos et les crampons sur le mollet. Denis Janu, véritable métronome du CF Ungheni, se fait découper au milieu de terrain, devant les yeux de l'arbitre, et sort sur civière. Mais rien, tout juste une faute. Le coupable s'en tire avec un simple avertissement et forcément, le sourire aux lèvres. Le match, jusque-là équilibré, prend une autre tournure. Le FC Dinamo-Auto passe du contre à l'attaque placée et va finir par marquer un but sur penalty juste avant la mi-temps. On croit le match d'ores et déjà bouclé, tant le petit Janu avait la maîtrise du jeu. Mais telle la sortie de CR7 en finale de l'Euro, la sienne aura l'effet inverse. Le CF Ungheni, à l'envi, ira chercher sa victoire tout seul. Sans aucune aide arbitrale.

Canicule et départementale


Pour la défense de l'homme au sifflet, il faisait chaud sur le Stadionul Nisporeni, au moins trente degrés et un terrain en synthétique, avec ses boules noires qui ont tendance à alimenter la canicule. D'ailleurs, l'arbitre n'hésite pas à arrêter le jeu et à faire une pause "eau et rafraîchissement" aux alentours de la 25e, histoire d'arroser son maillot de la pire couleur qui soit en situation de forte chaleur, le noir.


Ça n'excuse pas tout, mais ce sont des circonstances atténuantes. Pour sa défense également, l'arbitre était bien placé après la jolie action du Dinamo qui a abouti au penalty. Une offrande transformée par Victor Truhanov, un homme qui porte la frange. Sinon, au niveau du jeu, c'est plutôt propre. Hormis les gros dégagements de gardien qui se transforment une fois sur deux en actions dangereuses, ça tente de construire de derrière, ça combine en une ou deux touches au milieu et ça va au contact (bien rugueux) devant.…







Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant