Le match que vous n'avez pas regardé

le
0
Le match que vous n'avez pas regardé
Le match que vous n'avez pas regardé

En ce week-end de grands derbys européens à Rome, Londres et Madrid, il fallait bien un match loin des rivalités de clocher pour revenir au foot, le vrai. Pas un derby donc, mais une autre sorte de folklore. Parce que ce week-end, le match que vous n'avez pas regardé opposait deux villes distantes de 8000km. Direction Khabarovsk, en Sibérie orientale.

SKA Khabarovsk 2-4 CSKA Moscou

Buts : Dedechko (5e) et Markovi? (81e) pour Khabarovsk // Dzagoev (12e), Wernbloom (74e, 83e) et Vitinho (93e) pour le CSKA.

"Ils devraient jouer au Japon !" lâche un homme en colère. Nous sommes en 2007, et Igor Akinfeev, portier historique du CSKA, rumine après une défaite des siens en coupe sur la pelouse de l'Energyia Vladivostok. Dix ans plus tard, le même Akinfeev faisait son retour en Sibérie orientale, mais cette fois pour un match de championnat face au SKA Khabarovsk. À peine moins loin de Moscou que la voisine Vladivostok, la ville de Khabarovsk abrite le club le plus à l'est de la Première Ligue russe de foot et de hockey. 8 380 km via la Transsibérienne, 7 heures d'avion et 5 fuseaux horaires séparent la principale ville orientale de Russie de la capitale. À trente kilomètres de la frontière chinoise, Khabarovsk et ses 616 000 habitants n'ont pourtant rien à envier aux autres métropoles russes : industrie puissante, offre culturelle complète et, depuis juillet, un club de première division de football.

Stade désert, Lénine et température polaire


Fondé en 1957, le petit club n'avait jamais atteint l'élite et dispute donc sa première saison parmi les grands. Une belle histoire qui n'a pas fait que des heureux, loin de là. Si la neige tapisse la ville entre 114 et 140 jours par an, ce n'est pas le principal problème causé par l'accession du SKA Khabarovsk en D1. Non, le problème, c'est

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant