Le Maroc veut attirer plus d'industriels de l'automobile

le
0
Deux ans après le printemps arabe, le gouvernement veut rassurer les investisseurs.

Février 2011: le printemps arabe provoque une vague de manifestations dans tout le Maroc. Février 2013: un gouvernement de coalition comprenant des ministres islamistes du Parti de la justice et du développement (PJD) vante l'attractivité industrielle du pays.

Membre de ce parti, le ministre de l'Industrie, Abdelkader Amara, est l'un des hommes qui incarne cette délicate évolution. Pour favoriser l'émergence d'une industrie marocaine forte, Amara plaide pour la continuité. «Il est indispensable de poursuivre et d'élargir notre pacte national pour l'émergence industrielle engagé depuis trois ans», a-t-il martelé la semaine passée lors des Assises de l'Industrie de Tanger. Les partenariats public-privé, désormais élargis à l'industrie pharmaceutique, portent leurs fruits. Les investissements directs étrangers (IDE) ont progressé de 27 % en 2012, à 8 milliards de dirhams, so...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant