Le Maroc, l'autre royaume du Real Madrid

le
0
Le Maroc, l'autre royaume du Real Madrid
Le Maroc, l'autre royaume du Real Madrid

L'entrée en lice des hommes de Carlo Ancelotti dans le dernier carré du Mondial des clubs va permettre de mettre en lumière un phénomène peu médiatisé, mais dont l'ampleur dépasse l'entendement au Royaume chérifien : une passion obsessionnelle pour le foot espagnol, Real et Barça en tête. Mardi soir, les Merengues vont avoir un aperçu spectaculaire de l'amour fou dont ils font l'objet au Maroc.

Il n'y a pas 36 endroits pour repérer les signes extérieurs d'une ferveur. En ce samedi 6 décembre, le Ballon Ovale, sympathique petit bar à Casablanca au décor rugbystique, fait salle comble pendant la facile victoire du Real Madrid face au Celta Vigo (3-0). Samir, maillot vintage floqué Hierro sur les épaules, scande : " C'est comme ça partout au Maroc. Tu serais venu il y a deux heures, t'aurais trouvé du foot marocain et anglais, et le bar complètement vide. À cet instant précis, les Madridista sont contents, les pro-Barça sont dégoûtés. Personne n'est neutre chez nous. T'aurais dû voir ça le jour du Clásico : le pays tout entier ne respire plus. " Les jours de Real-Barça, les Marocains n'ont d'yeux que pour Messi et Ronaldo, et même le football local est contraint de se plier à cette réalité. Le 21 octobre dernier, les responsables du Wydad Casablanca demandent à la Fédération Royale de décaler leur rencontre de championnat face au CR Al Hoceima. Motif : le coup d'envoi du match est prévu une heure seulement avant le Clásico. " La recette du match doit permettre d'aider un ancien joueur du club criblé de dettes, le stade doit faire le plein. Si on joue en même temps que Real-Barça, c'est perdu d'avance" déclare un responsable du Wydad. Une histoire qui pourrait sembler surréaliste vue d'Europe, mais qui, au Maroc, est d'une extrême banalité.
Hadji et Naybet en têtes de gondole
L'intérêt des Marocains pour le football ibérique remonte à plusieurs décennies, et cette passion a traversé les générations. Son point de départ a été la Coupe Mohammed V, comme l'explique Taieb Smili, porte-parole de la Pena Casa Madridista : " Entre 1962 et 1989, cette coupe a permis d'inviter les plus prestigieux clubs du monde au Maroc. Les gens ont été séduits par Kopa et Di Stéfano, et se sont échinés à transmettre cet amour du beau jeu à leurs enfants ". Plusieurs facteurs ont ensuite contribué à entretenir le contact : à partir des années 70, la télévision locale retransmet la Liga gratuitement : " Le match du samedi soir en noir et blanc, c'était l'évènement de la semaine ! Par ailleurs, la proximité géographique a permis aux régions du Nord d'en profiter encore plus. Les antennes télé ont rendu les villes de Tanger et de Tétouan complètement folles ! ", détaille Taieb Smili. Les nineties amplifient cette tendance, avec l'avènement d'une génération dorée de footballeurs marocains...


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant