Le mariage princier affole les parieurs

le
0
Les joueurs vont passer au crible les moindres faits et gestes des mariés et des invités. Une aubaine pour les bookmakers qui estiment que les mises dépasseront le million d'euros.

Il y a d'abord eu la date du mariage. Avant même son annonce officielle en novembre dernier, les bookmakers, les institutions de paris dont les Britanniques sont si friands, ont recueilli les mises des joueurs. A deux jours de la cérémonie, les pronostics vont bon train: de quelle couleur sera le chapeau de la reine? Quel diadème Kate portera-t-elle? Quelle sera la longueur de sa traîne et quel styliste aura dessiné sa robe? Sur quelle chanson les mariés effectueront-ils leurs premiers pas de danse? Où partiront-ils en voyage de noces?

Les moindres faits et gestes des invités et des mariés seront passés à la loupe pour alimenter les paris les plus farfelus : le prince Philip, époux d'Elizabeth II, s'assoupira-t-il pendant la cérémonie? Kate inversera-t-elle les prénoms de son futur mari et celui-ci laissera-t-il choir l'alliance avant de prononcer ses v½ux? Qui sera le premier invité à pleurer? Chez le bookmaker Paddy Power, Carole Middleton, la mère de la mariée, se voit attribuer une cote de 2 contre 1, alors que le Prince Harry, le frère du marié, ne devrait être le premier à verser une larme qu'à 25 contre 1.

Dix fois plus que la finale de X Factor

Les parieurs prennent plaisir à gager sur tous les événements, et le mariage du Prince William, second dans l'ordre de succession au trône, n'allait pas échapper à la règle. Pour les « bookies», c'est une manne: «parier sur le mariage princier est devenu un phénomène mondial avec au moins une mise reçue dans 100 pays différents», affirme le bookmaker historique William Hill qui se rebaptisera pour l'occasion «William and Kate». Les paris devraient atteindre un million de livres sterling (près de 1, 13 million d'euros). Soit dix fois plus que les mises engrangées pour le dernier grand événement non sportif: la finale du jeu télévisé britannique X Factor. Chez William Hill, les mises sur le mariage seront «100 à 150 fois» plus importantes que celles pour le mariage de Charles et Camilla.

« Ce ne sera pas aussi important qu'un grand match de foot ou une course de chevaux très suivie », relativise cependant un porte-parole de Paddy Power. Chez ce bookmaker irlandais, le mariage princier représente le deuxième événement non-sportif le plus important après l'élection du pape Benoît XVI en 2005. Mais le mariage pourrait aussi attirer des clients qui ne pariaient pas ou peu jusqu'alors, reconnaît Paddy Power : les femmes sont plus nombreuses à parier et les mises, peu élevées, sont plus souvent effectuées en ligne.

Chez William Hill, on pronostique également l'arrivée de nouveaux parieurs, mais le mariage reste un événement parmi beaucoup d'autres: «Beaucoup de parieurs ne portent aucun intérêt au mariage en lui-même. Ils vont passer la journée de vendredi à regarder le mariage à la télévision. C'est surtout un moyen de rendre l'événement plus intéressant, d'y ajouter du piment». Les bookmakers ne sont toutefois pas prêts de détourner leur regard de William et Kate: les paris sont déjà ouverts sur le sexe, le nom et la date de naissance de leur premier enfant.

LIRE AUSSI :

» DOSSIER SPÉCIAL - Kate et William, le guide pratique

» DOSSIER MON FIGARO SELECT - 2011, l'année des mariages princiers

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant