Le mariage homosexuel examiné en février à l'Assemblée

le
3
LE MARIAGE HOMOSEXUEL EN FÉVRIER À L'ASSEMBLÉE
LE MARIAGE HOMOSEXUEL EN FÉVRIER À L'ASSEMBLÉE

PARIS (Reuters) - Le projet de loi sur le mariage homosexuel, qui divise profondément la société française, sera examiné en séance publique par les députés du 4 au 10 février 2013, a décidé mardi la Conférence des présidents de l'Assemblée.

Ce texte présenté le 7 novembre en conseil des ministres est un engagement de François Hollande dans sa campagne pour l'élection présidentielle.

Le projet de loi mobilise contre lui presque toute la droite ainsi que les Eglises, notamment catholique et ne satisfait pas toute la communauté homosexuelle, dont certains de ses membres dénoncent un texte à minima et réclament la procréation médicalement assistée (PMA) pour les couples de femmes.

François Hollande avait provoqué un malaise en déclarant le 20 novembre que les maires pourraient invoquer la "liberté de conscience" pour refuser de célébrer les mariages homosexuels.

Le président a retiré cette expression, qu'il avait utilisée en réponse à des inquiétudes des maires réunis en congrès.

"La loi doit s'appliquer partout, dans toutes les communes", avait-il déclaré.

Une pétition d'élus annonçant qu'ils refuseraient de les célébrer a été lancée, le président proclamé de l'UMP, Jean-François Copé, ayant déjà fait savoir qu'il serait dans ce cas.

Les élus pourront déléguer la célébration du mariage à un membre du conseil municipal, mais il n'est pas question qu'une municipalité refuse la procédure, a souligné la ministre de la Justice Christiane Taubira.

L'UMP, principal parti d'opposition, prévoit s'il revient au pouvoir de remettre en cause le mariage pour tous.

La gauche, qui avait déjà instauré en 1999 une possibilité d'union civile pour les homosexuels avec le Pacs, avance le principe d'égalité et parle de "mariage pour tous" pour justifier cette réforme. Le droit à l'adoption est également prévu dans le projet de loi.

Les religieux et la droite estiment que le mariage, qui suppose à leurs yeux la procréation, ne peut être considéré comme universel et pensent que l'Etat doit maintenir le principe qu'il est constitué par l'union d'un homme et d'une femme.

Le mariage homosexuel existe déjà notamment dans plusieurs pays européens et dans certains Etats américains.

Emile Picy, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M6749774 le mardi 4 déc 2012 à 12:38

    Deux remarques : les homosexuels qui demandent le mariage sont minoritaires dans cette communauté. La seconde : ce n'est pas parce que d'autres pays ont accédé à cette anomalie que la France doit le faire.

  • M6749774 le mardi 4 déc 2012 à 12:31

    Le mariage homosexuel ne serait qu'une parodie de mariage. Quant à l'égalité des droits coupons les grands pour qu'ils soient l'égaux des petits. Stupidité ! Le pacs est bien comme il est. Il peut être encore aménagé. S'il s'agit de l'adoption d'enfants il faut rappeler qu'il n'y a pas assez d'enfants adoptables. Pourquoi alors faudrait-il procréer des orphelins ?

  • M8869453 le mardi 4 déc 2012 à 12:03

    C'est une question culturelle. Si on modifie le schéma, qui prévaut en Occident depuis des siècles, il n'y a pas de raisons d'interdire d'autres formes d'unions qui, sous certaines cultures, sont déjà légitimes (polygamie, mariage précoce...). Il faut savoir ce que l'on veut.