Le marché salue l'épilogue du dossier BNP Paribas aux Etats-Unis

le
1
LE MARCHÉ SOULAGÉ PAR LA FIN DE L?INCERTITUDE DANS L?AFFAIRE BNP AUX ÉTATS-UNIS
LE MARCHÉ SOULAGÉ PAR LA FIN DE L?INCERTITUDE DANS L?AFFAIRE BNP AUX ÉTATS-UNIS

par Alexandre Boksenbaum-Granier

PARIS (Reuters) - Les investisseurs se montrent mardi matin rassurés par l'ampleur des sanctions infligés à BNP Paribas la veille aux Etats-Unis dans le cadre du règlement de son contentieux juridique aux Etats-Unis lié à des violations des règles américaines d'embargo.

BNP Paribas a décidé de plaider coupable de deux chefs d'accusation et a accepté de payer une amende de 8,97 milliards de dollars (6,5 milliards d'euros) dans le cadre du règlement de son contentieux juridique aux Etats-Unis lié à des violations des règles américaines d'embargo.

"Si les montants semblent énormes - presque une année de profit, ou deux fois le montant 'perdu' par Jérôme Kerviel- , l'essentiel est sauf. En effet, BNP Paribas pourra conserver sa licence américaine, ce qui était le plus important et aurait pu signer un 'arrêt de mort' pour la banque française", observe John Plassard, directeur adjoint de Mirabaud Securities.

"La banque s'en sort bien et le cours de bourse ne devrait pas être affecté négativement aujourd'hui (mardi, NDLR)", ajoute-t-il.

L'action gagne d'ailleurs entre 2% et 3% dans les premiers échanges, affichant la plus forte progression du CAC 40.

Pour Renaul Murail, gérant chez Barclays Bourse, c'est "enfin" la fin de l'épisode pour BNP avec des sanctions largement anticipées par les investisseurs.

"Le marché pourrait saluer la fin de l'incertitude autour du dossier", relève-t-il.

"EFFET LIMITÉ"

Dans une note, Nomura considère ainsi les sanctions américaines moins mauvaises que ce qui pouvait être craint, jugeant le montant de l'amende conforme aux attentes et les conséquences sur le dividende et la solvabilité de la banque meilleure qu'attendu.

BNP Paribas, qui passera dans ses comptes du deuxième trimestre une charge exceptionnelle de 5,8 milliards d'euros, n'a pas précisé dans la nuit de lundi à mardi de quelle manière elle entendait financer le paiement de son amende mais elle a déclaré qu'elle "ajusterait" le niveau du dividende 2014 à celui de 2013 (1,50 euro par action).

Sans les sanctions américaines, le dividende aurait été de l'ordre de 2 euros par action, a indiqué le directeur financier du groupe dans une conférence téléphonique mardi matin.

"Le marché s'attendait à une baisse du dividende bien plus importante", souligne dans une note Société générale évoquant également un "effet limité" de la suspension de certaines opérations de compensation en dollar infligée à la banque.

BNP Paribas devra en effet également suspendre pendant un an, à partir du 1er janvier 2015, des opérations de compensation en dollar, principalement liées à des financements sur les marchés du pétrole et du gaz.

"Nous estimons que cette portée ciblée des sanctions soulagera un peu les investisseurs sur les pertes potentielles de revenues", estime Nomura.

Les analystes sont d'autant plus confiants sur ce point qu'ils rappellent que BNP Paribas a déjà recours à des banques tierces pour certaines opérations de compensation en dollar.

Si elles ne devraient donc pas être mal interprétées par le marché, ces sanctions pourraient toutefois avoir des effets à plus long terme, préviennent certains investisseurs.

"Si les sanctions étaient attendues par le marché et qu'à court terme l'on pourrait s'en réjouir, après une certaine digestion, l'addition pourrait être bien plus salée qu'anticipée', note John Plassard.

Plusieurs clients institutionnels de la banque pourraient faire le choix d'utiliser d'autres établissements pour leurs opérations de compensation, y compris à l'issue de la suspension d'un an de certaines des activités de la banque, BNP Paribas pourrait modifier sa politique de prix, et, au-delà du seul cas BNP, d'autres banques européennes pourraient être sanctionnées par les Etats-Unis, notent les analystes.

(Alexandre Boksenbaum-Granier, édité par Dominique Rodriguez)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • Leverage le mardi 1 juil 2014 à 10:03

    lol… c'est d'un risible…. payer 9 milliards $ d'amende et tout le monde crie au soulagement!