Le marché japonais du jeu vidéo, un monde à part

le
0
Le marché japonais du jeu vidéo, un monde à part
Le marché japonais du jeu vidéo, un monde à part

Du samouraï Sakamoto aux robots en passant par les héros de mangas, l'univers japonais du jeu vidéo est peuplé de créatures qui en assurent le succès dans l'archipel mais forcent les fabricants de consoles à s'adapter à cette demande culturelle.A côté des sagas de notoriété internationale comme Final Fantasy ou Dragon Quest, la logithèque nippone regorge de jeux mettant en scène des personnages réels ou imaginaires qui immédiatement suscitent un intérêt dans la population nippone."Les grandes tendances du jeu vidéo au Japon sont divisées en deux catégories: les gros succès à l'échelle mondiale comme les Pokemon, Final Fantasy ou Biohazard, et les jeux spécialement destinés à un noyau solide de gros joueurs japonais", explique l'institut Asia Trend Map.Le salon Tokyo Game Show, qui se déroule de jeudi à dimanche à quelques encablures de la capitale, en apporte une nouvelle preuve. Entre autres vedettes cette année, le samouraï de second rang Ryoma Sakamoto: "c'était au temps du bakumatsu (fin de l'ère des chefs de guerre Shogun), au moment où le Japon changeait...", dit la bande-annonce. Et le joueur de s'engager dans le combat mené par Sakamoto pour en finir avec les batailles de clan et le shogunat."Je ne suis pas très cultivé, mais je connais Ryoma, comme tous les Japonais et ce jeu m'intéresse", a assuré à l'AFP Masahiko Ueno entouré de compatriotes plantés devant une immense affiche de Ryoma.Dans un registre radicalement différent, la chanteuse virtuelle vedette Hatsune Miku est elle aussi devenue une icône du jeu vidéo en sus d'une star du Net, et dieu sait qu'elle fait vendre. Idem pour les héros de mangas du magazine pour adolescents "Shonen Jump", dont l'incontournable Naruto et le personnage principal de "One Peace", qui se retrouvent dans J-Stars Victory. Il y en a tant qu'il est impossible de tous les citer.Le succès de ces titres dans l'archipel tient en un ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant