Le marché immobilier toujours au point mort

le
2

INFOGRAPHIE - Selon l'étude du Crédit logement, les taux des crédits immobiliers ont atteint un niveau historiquement bas (2,73%). Pas suffisant pour que les Français recommencent massivement à investir dans la pierre. La crise, la loi Alur et les prix élevés expliquent que les ventes ne repartent pas.

Un paradoxe unique en son genre. Les taux de crédit immobiliers n'ont jamais été aussi bas. Et pourtant le marché immobilier est grippé. Selon la dernière étude de l'Observatoire Crédit logement/CSA révélée mardi, les Français empruntent à 2,73 % en moyenne (hors assurance). «Or le nombre de ventes dans l'immobilier ancien a reculé de 2,8 % au premier semestre», constate Laurent Vimont, président de Century 21. Dans le neuf, les ventes des promoteurs immobiliers et des constructeurs de maisons individuelles sont aussi au point mort (voir article ci-dessous). «Les taux bas ne suffisent pas à faire redémarrer le marché», analyse Michel Mouillart, auteur de l'étude du Crédit logement.

La loi Alur qui fait peur aux investisseurs et alourdit la procédure pour signer une promesse de vente ralentit le marché. La crise joue aussi un rôle dans ce blocage. Fragilisés par les exigences accrues des banques et des prix de la pierre qui restent élevés, «les ménages les plus jeunes et les plus modestes ne peuvent plus rentrer sur les marchés immobiliers, en l'absence du ticket d'entrée que le PTZ + représentait pour eux auparavant», commente l'étude. Les «moins de 35 ans» représentent 44,8% des acquéreurs, contre 52,4% en 2009. Désormais, les emprunteurs sont un peu plus âgés qu'il y a quelques années, plus aisés et souvent déjà propriétaires de leur résidence principale.

L'autre facteur du blocage du marché, ce sont les prix très élevés. Le net recul espéré par beaucoup n'est jamais venu. Au premier semestre, les tarifs n'ont reculé que de 1 à 2,5% selon les agents immobiliers. Toutefois, le marché est de plus en plus hétérogène avec d'un côté les grandes villes où les prix se maintiennent à des niveaux élevés et de l'autre, les zones rurales ou les régions durement touchées par la crise où les prix décrochent.

Retour du PTZ +

Conscient que le marché de l'immobilier va mal, le gouvernement Valls a pris le taureau par les cornes. Pour ne pas décourager les particuliers prêts à acheter un bien pour le louer, il a commencé à détricoter la loi Alur de Cécile Duflot. Notamment sa mesure emblématique, l'encadrement des loyers. Si ce dispositif sera bien mis en place en région parisienne avant fin 2014, Manuel Valls laisse planer le doute quant à son application dans les autres grandes villes concernées. Quant à la GUL (Garantie universelle des loyers) qui devait se substituer à partir de 2016 à la caution en cas de défaillance du locataire quel qu'il soit, elle ne concernera finalement que les jeunes locataires.

Parallèlement, fin juin, le gouvernement a annoncé une série de mesures pour relancer la construction de logements neufs. Dès octobre, il va élargir les conditions d'accès au PTZ + (prêt à taux zéro). À partir de janvier 2015, il va aussi donner un nouveau souffle au dispositif Duflot, étendant la réduction d'impôt à 21% contre 18% aujourd'hui à condition que le propriétaire loue son bien 12 ans et non pas 9 comme prévu initialement.

Manuel Valls a promis que d'autres mesures seraient prises à l'automne. Mi-juillet, il a demandé aux professionnels (Fédération de promoteurs immobiliers, Union des maisons françaises, Fédération française du bâtiment...) de lui indiquer d'autres pistes pour booster la construction. Parmi ces idées, ouvrir la possibilité aux investisseurs bénéficiant du dispositif Duflot de louer ce bien à leurs enfants ou à leurs parents. Une facilité attendue par le marché qui était ouverte avec le dispositif Scellier, le prédécesseur du Duflot.

Autre suggestion: diviser par deux pendant trois ans la taxation des plus-values sur les ventes de terrains. Rendez-vous en septembre pour savoir quelles mesures seront adoptées par le gouvernement.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M3567571 le mercredi 23 juil 2014 à 09:59

    les jeunes attendent une baisse de prix, la baisse du taux d'intérêt n'est pas la bonne carotte.

  • melissia le mercredi 23 juil 2014 à 09:42

    Qu ils donnent une vision d avenir a la fiscalité , ça fonctionnait très bien quand ct a 15ans , une gestion a 30ans pour être nette personne ne s imagine garder le bien à gérer durant un mms pareil , hollande 22 ans , c'est a 30ans , tout est fait pour décourager le jeune investisseur , j'ai signe en connaissance de cause pour 15 a et l état me retourne comme il veut , pas normal ...